Nantes

by Euradio

En ce moment

Titre

Artiste

Emission en cours

Programme musical

22:00 24:00

Background

Don’t judge a record by its cover #53 – Zeitspiel

Écrit par sur 12 avril 2021

Au sortir de la guerre, le fondateur du quotidien Zeitspiel, avait souhaité rompre avec le conservatisme de l’époque, en proposant un journal fondamentalement moderne. Ce projet s’incarnait dans la maquette même du journal, et tout particulièrement dans sa une conçue autour d’un unique mot en lettres énormes, devant synthétiser la principale actualité du jour. Ce mot était surmonté des seuls logotype du journal et informations pratiques d’usage : date, édition, prix, etc.

Mais la principale singularité du journal résidait dans ses Chronologies.

Dans une volonté de tourner l’information vers l’avenir, il avait été décidé de préférer aux traditionnelles nécrologies des dernières pages, de courtes chroniques appelées Chronologies qui évoquaient les points saillants de la vie à venir d’un enfant né dans les jours précédents : unetelle révolutionnerait la sociologie avec quelque concept novateur, tel autre serait l’agitateur qui mettrait le feu aux poudres dans une zone instable géopolitiquement, etc.

Dans le cas de naissances de personnalités vraiment exceptionnelles, le nom ou le prénom du nouveau-né pouvait d’ailleurs être le terme retenu pour habiter la Une du Zeitspiel.

Les Chronologies obéissaient à une éthique stricte : aucune date autre que celle de naissance n’était mentionnée, et plus généralement, les circonstances menant l’individu à l’accomplissement de sa destinée ne pouvaient être détaillées. Par ailleurs, seule la dimension publique de la vie de l’individu était évoquée, à l’exclusion de toute information relative à sa vie amoureuse ou familiale, sauf à ce que cet aspect de la vie personnelle soit, précisément, celui présentant une dimension historique – dans le cas d’une relation extraconjugale influençant de manière cruciale le comportement d’une personne gouvernante par exemple.

Le Zeitspiel entendait ainsi préserver les aléas, doutes et audaces qui font le sel d’une vie.

A plusieurs reprises des pressions avaient été exercées sur la rédaction du Zeitspiel afin d’influencer le contenu de Chronologies. On imagine aisément les intentions derrière ces tentatives : nier la réalité d’une destinée déstabilisante, ou transformer la chronique en une prophétie autoréalisatrice.

C’est que l’idéal d’écriture de l’Histoire transcendait le fantasme orwellien de sa réécriture.

Lorsqu’on dresse le bilan des Chronologies publiées dans le Zeitspiel, les destinées évoquées sont majoritairement positives.

Non que ces vies soient nécessairement heureuses et épanouies – mais positives dans le sens où elles sont favorables à des causes jugées justes (médecine, sauvegarde de l’environnement, art, etc.).

Ce constat interpelle : y a-t-il effectivement sur Terre plus de destinées bénéfiques que de néfastes ? Ou cela relevait-t-il d’un choix éditorial du Zeitspiel ?

L’intégrité du journal Zeitspiel avait reposé sur les efforts déployés sans relâche par son fondateur. A sa disparition, l’équilibre financer se perdit rapidement et le journal fut racheté par un important groupe de média qui vida le journal de sa substance sous couvert de cost-saving. Personne n’avait vu le coup venir.

Aujourd’hui le Zeitspiel – qui n’en garde que le nom – est un tabloïd qui chronique le quotidien de personnalités éphémères.

Tracklist de l’émission

  • Catalonia Jazz Quartet – La Presó de Lleida
  • I Marc 4 – Elite
  • Roscoe Weathers – Poem for Anna
  • Idris Ackamoor and The Pyramids – Papyrus
  • Fitz Gore & the Talismen – Delilah
  • Ulysses Crockett – Tamura’s Theme
  • Jeremy Cunningham – It’s Nothing
  • Web Web – Paranormal Question
  • Walter Bishop, Jr. – Waltz For Zweetie
  • Grachan Moncur III – When

Toutes les émissions de Don’t Judge a Record by its cover sont à retrouver juste ici


Les opinions du lecteur

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *