Nantes

by Euradio

En ce moment

Titre

Artiste

Emission en cours

Détours du monde

14:00 15:00

Background

L’Europe au plus près – Jeudi 13 mai

Écrit par sur 13 mai 2021

Bienvenue dans cette édition de “L’Europe au plus près” où nous suivons l’actualité de différentes institutions de l’Union européenne.

Cette semaine nous nous penchons sur le Conseil de l’Union européenne, qui rassemble les ministres des 27 Etats membres de l’UE, et qui a adopté certaines conclusions ce lundi 10 mai, notamment vis-à-vis de la région de la Corne de l’Afrique. Selon les Etats-membres de l’UE, la région a connu ces dernières années des développements importants, qu’il faut maintenant approfondir et adapter aux nouveaux enjeux. 

Oui, que ce soit le Kenya, l’Ethiopie, la Somalie ou encore Djibouti, le Conseil de l’UE a reconnu, dans les huit pays de la Corne de l’Afrique, les nombreuses opportunités apportées par les processus de transition démocratique entamés dans la région. Mais les menaces sont aussi très nombreuses, avec notamment la présence de groupes terroristes comme Al-Chabab ou l’EIIL/Daech. Selon le Conseil, les problèmes humanitaires sont en “croissance exponentielle” en raison des violations des droits de l’Homme qui persistent et des catastrophes naturelles liées au changement climatique.

Désormais les priorités de cette nouvelle stratégie sont notamment de réduire l’instabilité, assurer la paix et la sécurité, mais aussi promouvoir la démocratie, les droits de l’homme et la lutte contre la corruption. 

Oui et pour cela, l’UE continuera de déployer des missions de maintien de la paix dans le cadre de sa Politique de sécurité et de défense commune (PSDC), ainsi que des mesures pour lutter contre la radicalisation. Ces opérations viseront également la sûreté maritime, car le Conseil de l’UE vient d’élargir le mandat de sa force navale au large de la Somalie via l’Opération Atalanta, pour lutter contre la piraterie.

Enfin dans le contexte actuel de pandémie, l’UE tâchera de renforcer les capacités et les réformes des systèmes de santé des Etats de la région, notamment via le mécanisme COVAX mis au point par l’OMS, qui vise à garantir un meilleur accès aux vaccins dans le monde entier.

L’Union prévoit aussi de travailler plus étroitement avec l’Union africaine (UA), cette organisation internationale réunissant 55 Etats africains.

Ce dialogue multilatéral pour gérer les enjeux de la Corne de l’Afrique s’accompagnera de relations plus poussées avec des pays comme le Kenya ou l’Ethiopie, qui sont selon le Conseil de l’UE, essentiels à la stabilité de la région. Malgré le conflit qui dure depuis 6 mois dans la région du Tigré en Ethiopie, l’UE s’est dit déterminée à renforcer les “efforts de réconciliation” entre le Front de libération du peuple du Tigré et Addis-Adeba.

Toujours le lundi 10 mai, le Conseil a adopté un règlement qui modernise le régime de l’UE en matière de contrôle des exportations, du transit et des transferts des biens à double usage, c’est-à-dire les biens et technologies conçus pour un usage civil, mais susceptibles d’être détournés à des fins militaires ou de répression civile.

Tout à fait, et la liste de ces produits s’allonge puisque l’UE doit en permanence tenir compte des “technologies émergentes” qui peuvent constituer des biens à double usage. C’est le cas par exemple des drones, ou des logiciels de surveillance en ligne. Concrètement, avant toute exportation d’un bien à double usage vers ou depuis l’UE, le règlement du Conseil impose que l’entreprise concernée demande l’autorisation à l’UE pour obtenir une licence d’exportation. Un contrôle préalable devra aussi être effectué, pour clairement identifier les potentielles utilisations malheureuses du produit, ainsi que son ou ses utilisateurs définitifs. 

Le nouveau règlement émet également des recommandations à l’intention de tous les acteurs de l’économie pour qu’ils adoptent des “bonnes pratiques” face aux risques que présentent ces technologies pour la sécurité internationale. 

En effet, ces recommandations baptisées “obligations de vigilance” consistent pour les fabricants à vérifier si l’utilisateur final du produit a des liens avec l’armée ou l’industrie de la défense, s’il est déjà soumis à des sanctions individuelles émises par l’Union européenne telles que le gel de ses avoirs, ou tout simplement si les informations au sujet de l’acheteur ne sont pas suffisamment transparentes. 

João Leão, ministre des finances du Portugal qui occupe la présidence du Conseil de l’UE a salué favorablement ces nouvelles règles qui selon lui “permettront d’éviter des violations des droits de l’homme, mais aussi de suivre les dernières évolutions technologiques”.

Terminons cette édition en évoquant le renforcement d’un autre instrument de l’UE, c’est le mécanisme de protection civile de l’UE, qui vise à mieux préparer les Européens face aux catastrophes naturelles ou d’origine humaine.

En effet, cette réforme du mécanisme de protection civile de l’UE a été approuvée par le Parlement européen le 29 avril dernier, et le lundi 10 mai par le Conseil de l’UE. Ce mécanisme s’adresse aux situations d’urgence qui dépassent les capacités de réaction d’un pays. Celui-ci peut alors demander l’aide de l’UE par l’intermédiaire de ce mécanisme.

L’un des derniers à en avoir bénéficié est l’Inde, qui subit actuellement une vague meurtrière de contagions dues au Covid-19. 

Oui, concrètement les Etats-membres volontaires fournissent une aide matérielle et      /logistique, en soutien à la réserve RescEU, une réserve commune de matériel prête à être déployée rapidement dans l’Union ou en dehors. Dans le cas de l’Inde, ce dispositif a permis d’envoyer principalement du matériel médical comme des bouteilles d’oxygène, des respirateurs. 

Très sollicité depuis le début de la pandémie de coronavirus, le mécanisme de protection civile de l’UE “a été activé à 102 reprises en 2020 et a apporté un soutien à 77 pays dans le monde”, mais le ministre portugais de l’Intérieur Eduardo Cabrita a déclaré que la pandémie “a montré que nous devons aller plus loin”. 

Pour cela, le nouveau mécanisme bénéficiera de 1,26 milliard d’euros de fonds européens sur la période 2021-2027, soit trois fois plus que les 368 millions du précédent budget 2014-2020. Cela permettra aux Européens de “réagir plus rapidement […] y compris lorsque les catastrophes touchent simultanément de nombreux États, comme dans le cas d’une pandémie”. 

Thomas Kox – Romain L’Hostis

© Samynandpartners, CC BY-SA 4.0, via Wikimedia Commons


Les opinions du lecteur

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *