Nantes

by Euradio

En ce moment

Titre

Artiste

Emission en cours

Programme musical

10:50 12:00

Background

L’Europe au plus près – Jeudi 20 mai

Écrit par sur 20 mai 2021

Bienvenue dans cette édition de « L’Europe au plus près » où nous suivons, chaque semaine, l’actualité des différentes institutions de l’Union européenne. 

Cette semaine, intéressons-nous à un évènement important pour les parlementaires européens. Les élus se réunissent en session plénière du 17 au 20 mai et plusieurs sujets à l’ordre du jour vont structurer les débats de l’hémicycle, dont plusieurs nouveaux programmes sur la mobilité européenne.

Mais tout d’abord, attardons-nous sur les discussions autour de la levée des brevets sur les vaccins contre le Covid-19. Les pays riches, on le sait, progressent à grand pas dans leur objectif de vacciner le plus grand nombre de citoyens mais par contraste, la campagne de vaccination dans de nombreux pays plus pauvres peine à s’accélérer.

Oui, et plus d’une centaine de pays soutiennent désormais la proposition de l’Inde et de l’Afrique du Sud de lever temporairement les droits de propriété intellectuelle pour les vaccins contre le Covid-19. Début mai, la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen s’est dite “ouverte aux discussions”. 

Mais le président du Conseil européen Charles Michel, représentant les États membres avait quant à lui affirmé que “nous ne pensons pas que cela puisse être une solution magique”. La France et l’Allemagne avaient ainsi exhortés les États Unis à arrêter de bloquer les exportations de vaccins, rappelant que l’UE avait de son côté envoyé hors de l’Union la moitié des 400 millions de doses produites sur son sol. 

Cette levée des brevets ne fait pas l’unanimité chez les eurodéputés.

En effet, les députés de gauche et d’extrême gauche sont favorables mais le Parti Populaire Européen dit préférer que les pays riches accélèrent les exportations de doses. Plus à droite, le groupe Conservateurs et réformistes européens ne pensent pas que cette levée soit la solution pour un accès plus équitable au vaccin et soulignent la nécessité d’inciter les industriels à innover. Les députés voteront une résolution en juin sur le sujet.

Intéressons-nous maintenant à un autre débat majeur de cette assemblée plénière. La Commission des libertés civiles du Parlement appelle la Commission européenne a  “donner un nouvel élan” à la migration légale.

Effectivement car la Commission européenne présentera très prochainement un Pacte sur la migration et l’asile, une sorte de refonte des règles sur ces sujets au niveau européen. Dans leur proposition présentée à l’hémicycle, les députés souhaitent que la mise en place de voies légales et sûres pour les migrations liées au travail soit harmonisée et simplifiée au niveau européen. 

Une approche cruciale pour réduire l’immigration irrégulière et les risques encourus par ceux qui tentent d’atteindre l’Europe selon les mêmes députés. Cette démarche pourrait être organisée par secteurs d’activités et donc offrir une voie légale aux ressortissants de pays tiers qui souhaitent travailler dans l’UE en complément des partenariats déjà en place.

Car dans ce texte les eurodéputés rappellent que je cite « l’Union européenne est à la traîne dans la concurrence mondiale pour les talents ».

Oui, et les élus suggèrent notamment de créer une plateforme de « réservoir à talents » accessible aux ressortissants de pays tiers et aux employeurs pour remédier aux pénuries sur le marché du travail et faciliter la reconnaissance des compétences et des qualifications délivrées par des pays hors de l’UE. La proposition des parlementaires demande par ailleurs aux États membres de mieux se coordonner pour faciliter la mobilité intra-européenne des travailleurs.

Évoquons à présent un autre vote au sein de l’hémicycle européen. Les eurodéputés ont largement approuvé mardi le Fonds pour une transition juste visant à soutenir les régions et les secteurs les plus affectés par la transition énergétique.

En effet, et ce seront donc les régions où les énergies fossiles sont un gros pourvoyeur d’emploi qui bénéficieront de cette enveloppe de 17.5 milliards d’euros. Ce fonds vise en effet à compenser les pertes d’emplois en finançant par exemple la reconversion professionnelle. Il soutiendra par ailleurs « les microentreprises, les incubateurs d’entreprises et les institutions de recherche travaillant sur de nouvelles technologies plus vertes ». Mais les régions devront établir des « plans territoriaux » pour évaluer les besoins et les objectifs de développement à atteindre d’ici 2030.

Toujours lors de la session plénière, les eurodéputés ont voté en faveur du nouveau programme Erasmus +, qui se veut plus inclusif.

Oui, ce programme phare de l’UE promet de permettre à chacun, quelles que soient ses ressources financières et son âge, de pouvoir se former, faire un stage, ou étudier à l’étranger. La procédure sera aussi plus simple à remplir. Lors des négociations à la fin 2020, le Parlement a obtenu une hausse de 1.7 milliards d’euros de son budget sur les sept prochaines années. Le budget du programme Erasmus+ pour 2021-2027 double comparé à celui de la période 2014-2020 pour atteindre 28 milliards d’euros.

Un autre programme européen a vu son budget nettement augmenté et fait l’objet d’un vote à l’assemblée.

Oui, du nom de ‘Europe créative’, il soutient des initiatives culturelles et permet de venir en aide à ce secteur au ralenti depuis le début de la pandémie. Outre l’augmentation de son budget de 36%, les députés ont insisté pour que ce programme participe à promouvoir les artistes féminines.

Terminons par un programme axé sur la mobilité des jeunes en Europe en proposant des missions de volontariat jusqu’à 6 mois.

Tout à fait, lancé en 2018, le « Corps européen de solidarité » propose aux jeunes de 18 à 30 ans d’effectuer une mission de volontariat dans leur pays ou à l’étranger. Cette plateforme met en relation les institutions et les porteurs de projets. Le programme 2021-2027 met l’accent sur l’apprentissage de nouvelles compétences pour mieux appréhender le monde du travail. 

Ainsi il veille à ce que la structure d’accueil propose des missions d’apprentissage qui ont un impact positif tout en respectant les objectifs climatiques fixés par l’UE. Le nouveau « Corps européen de solidarité » a par ailleurs amélioré la politique d’assurance et les garanties liées à la santé pour le volontaire.

Thomas Kox – Armand Duthil

© Treehill, CC BY-SA 4.0, via Wikimedia Commons


Les opinions du lecteur

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Continuer la lecture