Nantes

by Euradio

En ce moment

Titre

Artiste

Emission en cours

Background

Vétérinaires Pour Tous – L’heure o’ véto

Écrit par sur 1 juillet 2021

Aujourd’hui avec Christophe Buhot, nous parlons du projet du gouvernement nommé “médecine vétérinaire solidaire”.

Dans une précédente chronique, vous nous avez mentionné que le gouvernement souhaitait développer la médecine vétérinaire solidaire. Est-ce exact ou me trompe-je ?

C’est exact, le plan de relance du gouvernement comprend un volet pour lutter contre l’abandon des animaux de compagnie et alloue 4 millions d’euros pour développer la médecine vétérinaire solidaire.

Mais pourquoi une médecine vétérinaire solidaire ?

Tous les jours, les vétérinaires praticiens reçoivent des personnes démunis ou des SDF afin de soigner leurs animaux et de leur venir en aide. Et ces vétérinaires se retrouvent parfois bien seuls pour faire face à des missions souvent multiples : traiter à moindre coût voire gratuitement, trouver une solution pour éviter un abandon ou une euthanasie, chercher une association pour une éventuelle prise en charge, et par-dessus tout, préserver le lien homme- animal, bref trouver une solution, et pour l’animal, et pour l’homme. C’est pourquoi le SNVEL (Syndicat national des Vétérinaires d’Exercice Libéral), le CNOV (Conseil national de l’Ordre des Vétérinaires) et l’AFVAC (Association Française des vétérinaires pour animaux de compagnie) se sont unis pour redonner vie au projet Vétérinaires Pour Tous, en mettant en place avec le soutien du gouvernement un réseau de médecine vétérinaire solidaire.

Quelle est l’importance du besoin de cette médecine ?

Il est difficile de le quantifier avec précision, mais certaines données peuvent nous aider à en avoir une idée. En octobre 2019, Eurostat a publié un rapport qui révèle que 14,7 % de la population française est considérée comme pauvre, un niveau au plus haut depuis la fin des années 70. Et beaucoup possèdent un animal de compagnie qui a besoin de soins.

Une enquête menée par la société Bio’Sat, en 2018, montre que 60% des vétérinaires en activité « animaux de compagnie » déclarent consacrer une part significative aux associations de protection animale et/ou aux gens nécessiteux, cette part représentant entre 1 et 5% en moyenne de leur chiffre d’affaires. 

En extrapolant, cela représente plus de 40 millions d’euros et fait des vétérinaires les premiers contributeurs de la protection animale en France.

Comment va fonctionner le dispositif de Vétérinaires Pour Tous ?

Tout repose donc sur un réseau de vétérinaires qui ont choisi librement d’adhérer à l’association Vétérinaires Pour Tous, association organisée selon les régions administratives. Vétérinaires Pour Tous s’appuie sur les services sociaux pour déterminer quels sont les propriétaires d’animaux qui peuvent bénéficier de ces soins selon des conditions de ressources bien précises, comme l’attribution du RSA, par exemple. Les propriétaires éligibles peuvent alors contacter un vétérinaire participant à Vétérinaires Pour Tous, qui effectuera les soins. Mais il faut savoir qu’un tiers de la facture restera à la charge du propriétaire afin de responsabiliser ce dernier vis-à-vis de la possession d’un animal. A noter que pour des soins très lourds, des modalités spécifiques de prise en charge pourront être mises en place.

Pourquoi ne parlez-vous pas de médecine caritative ?

Parce que les vétérinaires ne soignent pas par charité, mais par vocation, et par passion pour la majorité d’entre eux, et pour tous, par respect des animaux et des hommes, avec amour le plus souvent, et avec empathie tout le temps. Au-delà du soin, il est très important pour les vétérinaires de pouvoir préserver le lien homme-animal. Comme le dit l’éthologue Charlotte Nivelet, « le lien qui unit l’homme à son animal peut parfois être si fusionnel qu’aider l’un sans aider l’autre est voué à l’échec ».

Pouvez-vous nous indiquer comment se renseigner plus précisément ?

Le plus simple est d’aller sur le site www.veterinairespourtous.fr

Laurence Aubron – Christophe Buhot

Toutes les chroniques “Heure o’ véto” de Christophe Buhot sont à retrouver juste ici

Photo de Meyrin Belle via Flickr


Les opinions du lecteur

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *