Nantes

by Euradio

En ce moment

Titre

Artiste

Emission en cours

Background

Les Stable Coin – L’éco de Marc Tempelman

Écrit par sur 19 mai 2022

Nous accueillons Marc Tempelman, le cofondateur de l’application d’épargne gratuite Cashbee. Nous discutons toutes les semaines de finance. Bonjour Marc, de quoi allons-nous parler aujourd’hui ?

Depuis le début de l’année, la valeur des crypto-devises a fortement chuté. Depuis son plus haut, le bitcoin a perdu plus de 50% de sa valeur. La semaine dernière fut particulièrement difficile dans un segment spécifique des crypto-devises, celui des stablecoins. Comme les crypto-devises se sont très largement démocratisés, je pensais qu’il était pertinent de revenir sur les événements des derniers jours.

Très bien. Commençons par le début. C’est quoi un stable coin et quel rôle jouent-ils dans le monde de la crypto ?

Le marché des crypto-devises a explosé et s’est transformé d’un univers plutôt obscur et de niche, à un secteur de la finance dans lequel les échanges se font entre des milliers d’intervenants et atteignent des dizaines de milliards d’euros par jour.

Dans le passé, les acheteurs de crypto dépensaient des euros ou des dollars, c’est-à-dire des monnaies traditionnelles, pour les acheter. Mais la valeur des crypto-devises, comme l’Ethereum ou le Bitcoin peuvent changer très rapidement. Il devenait difficile d’utiliser des Dollars pour acheter des cryptos devises.

Les traders de crypto ont donc inventé les stablecoins, littéralement des “pièces de monnaie stables”. Il s’agit de crypto devises dont la valeur est directement attachée à la valeur de monnaies réelles, comme le dollar. 

Les spéculateurs et investisseurs en crypto utilisent leurs devises traditionnelles pour acheter des stablecoins. Ces stablecoins sont alors utilisés pour échanger des douzaines de crypto devises différentes, sur les différentes bourses de crypto.

Donc les stablecoins sont une sorte de devise intermédiaire permettant d’exécuter des ordres sur les bourses de crypto devises beaucoup plus rapidement et en confiance. C’est bien ça ?

Oui, les stablecoins sont l’huile qui permet aux marchés des crypto-devises de fonctionner à très grande vitesse. 

La clé au bon fonctionnement des marchés des crypto est de pouvoir faire confiance à la promesse de départ des stablecoins, qui est que la valeur des stablecoins est assurée par des réserves d’actifs réels, comme des obligations des États-Unis, des obligations à court terme et du cash.

L’idée étant que si un jour tous les détenteurs d’un stablecoin souhaitent récupérer de l’argent traditionnel, alors il suffirait de vendre ces actifs pour le faire.

Le stablecoin le plus connu est le Tether. Il y a plus de 80 milliards de Dollars de Tether en circulation. Tether dit donc disposer de 80 milliards de Dollars d’actifs réels.

Et c’est ce lien avec des actifs réels qui a été mis en cause ?

Exactement. Cela a commencé par le stablecoin Terra, la 5ème la plus importante. Questionné sur le sujet, le fondateur du Terracoin n’a pas su expliquer où se trouvaient les actifs réels censés soutenir son stablecoin. Ce qui a créé une panique compréhensible parmi les détenteurs de Terra, dont la valeur a chuté de 70%. Un Terra ne valait plus 1 Dollar, comme promis, mais que 30 centimes de Dollar.

Ce débat s’est étendu au Tether, dont la valeur s’est également détachée du 1 pour 1, et qui ne vaut plus que 95 centimes de Dollar.

C’est un sujet technique certes, mais qui a son importance pour la totalité des marchés financiers. Car si les propriétaires actuels de stablecoins perdent confiance et exigent l’échange de leur stablecoins pour des Dollars, les intermédiaires en stablecoin seraient obligés de vendre leurs réserves. Et donc d’inonder le marché d’obligations des États-Unis et d’autres obligations à court terme. Ce qui pourrait gêner le bon fonctionnement de ces marchés traditionnels et cruciaux pour l’économie.

Sans surprises, tout ceci met de l’huile sur le feu allumé par les régulateurs, déjà très méfiants du secteur des crypto devises, en forte croissance, mais qui échappe, pour l’instant, à leur supervision.

Toutes les chroniques philo d’Alain Anquetil sont disponibles ici


Les opinions du lecteur

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *