Nantes

by Euradio

En ce moment

Titre

Artiste

Emission en cours

Programme musical

22:00 24:00

Background

Le tour des classements européens de musique (2nde édition) – L’édito d’Ulysse Guttmann-Faure

Écrit par sur 13 juin 2022

Ulysse, il y a trois mois vous faisiez pour nous le tour des classements des musiques les plus écoutées actuellement en Europe. Comme un point d’étape, vous vous livrez aujourd’hui au même exercice, pour un tour d’horizon…. tout en comparaison !  

Trois mois déjà, en effet… Que le temps passe vite! Enfin, sauf concernant la longévité d’un morceau ! Eh oui, c’est en effet le premier constat de ma chronique de cette semaine : rare sont les morceaux caracolant très longtemps en top des Charts. Ainsi, l’extrême majorité des musiques les  plus écoutées sont récentes voire très récentes, sorties il y a quelques jours à peine. La France en est le meilleur exemple : il suffit de regarder les morceaux tirés du dernier album du $-Crew — merveilleux par ailleurs, et c’est peu dire tant le retour du groupe me réjouit.

Alors, évidement, il existe des exceptions et vous ne manquerez pas de me le rappeler. Il en est ainsi de « Running up that hill » de la britannique Kate Bush, n°1 au Royaume-Uni, top 3 en France, en  Allemagne, ou encore en République tchèque pour un morceau sorti… en 1985 !

Et comment expliquer ?

C’est très simple : cela est dû à la sortie de la dernière saison de la série « Stranger  Things », il y a quelques jours, qui remet la musique au goût du jour puisque la jouant ! Mais  attention, comme je le disais, cela fait figure d’exception… 

Moins ancien, un nom sort néanmoins du lot, celui du génie Harry Styles. Avec « As it was », rares sont les top 10 de pays dans lesquels il n’apparait pas ! Prenez néanmoins le temps d’écouter l’ensemble de son album Harry’s House, attentivement et pourquoi pas plusieurs fois : c’est tout un univers que nous propose l’anglais de 28 ans à peine, comme le nom de l’album le laisse justement transparaitre. Un album en 13 titres sorti le 20 mai dernier déjà et dont on peut espérer entendre  l’écho pendant quelque temps encore.

Lors de votre précédente chronique, vous remarquiez que les auditeurs privilégiaient largement les musiques et chansons dont les paroles étaient dans la langue du pays. Est-ce que cette tendance se confirme au regard des classements actuels ?

Vous avez bonne mémoire ! Globalement oui, même si le constat est moins frappant  aujourd’hui… En Allemagne, c’est le rappeur Luciano qui occupe la première place avec « Beautiful  girl », morceau dont le texte est en allemand contrairement à ce que le titre, reprenant le refrain,  laisse penser.  

Au Portugal, morceaux portugais également même si l’on est loin du rap avec deux morceaux de Bruno Ribeiro occupant les deux premières marches : de la guitare classique, beaucoup de guitare classique, et parfois de l’Opéra chanté par dessus… bien différent du morceau « Tout va bien » d’Alonso, featuring Naps et Ninho, qu’on a pu avoir la surprise d’observer en première position au  Portugal jusqu’à il y a quelque jours. Et puis dans le pays de la botte, c’est aussi un morceau  en italien, avec « La Dolce Vita », tout comme la chanson « Marina », numéro 1 en Serbie par le  serbe Devito.

C’est un constat intéressant même si l’on observe en parallèle une prédominance importante des musiques anglo-saxonnes, s’il est nécessaire le rappeler. D’autres choses à souligner ? 

Quelques étrangetés peut-être ? Je vous ai parlé du son d’Alonzo, rappeur français, numéro 1 au Portugal. Et bien figurez-vous que l’on trouve dans le classement russe le morceau « Papaoutai » du belge Stromae, qui ressurgit 9 ans après sa sortie sans explication particulière.  

Outre manche, c’est l’artiste inconnu F1N1T et le symbole yen (F1N1T ¥), 350 abonnés sur Instagram, un seul sur YouTube, qui occupe la première marche du podium, avec un morceau dont je me garderai bien de lire le titre… puisqu’il est écrit en alphabet cyrillique, et des paroles russes, a priori. De là à dire que les classements d’écoute ne sont pas forcément fiables, il n’y a qu’un pas… que je vous laisserai franchir.

 Et pour finir, vous souhaitiez vous rendre en Ukraine.

Ce morceau là est plus connu, en tout cas probablement l’avez vous déjà entendu ou en avouez-vous déjà entendu parler. Premier en Ukraine depuis plusieurs semaine, « Stefania », c’est donc le nom du morceau, a permis au groupe Kalush Orchestra de remporter haut la main le Concours de l’Eurovision grâce au vote du public. 

Le morceau a été écrit par la mère du leader du groupe, le rappeur Oleh Psiouk avant la guerre. Depuis, il a pris une toute autre dimension et acquis un écho autrement plus grave. Le clip donne à voir la capitale, détruite, décors de film malheureusement trop réel. La chanson, dédiée à Mère  Stefania, parle d’une berceuse que les artistes voudraient entendre et entendre, de nouveau. La victoire de ce morceau durant l’événement non sportif le plus suivi en Europe est particulièrement  forte de symbole. Malgré un air entrainant et un rythme joyeux, la traduction des paroles  ukrainiennes ne sont pas du même registre ; « Je trouverai toujours le chemin de la maison, même si  toutes les routes sont détruite » chante par exemple le groupe. 

Alors, même si la musique venait à quitter la première place de ce classement, chassé par de nouveau  tubes à la portée moins forte, longtemps nous continuerons à garder cette musique près de nous. Futur hymne du pays ? Puisse la guerre cesser, ces enfants du pays retrouver leur Mère Stefania et la musique continuer à transmettre et à nous parler comme elle est : un langage universel.

 Ulysse Guttmann-Faure, merci pour votre chronique. 

Et merci à vous de m’ouvrir vos ondes. Vous le savez, j’aime ici vous parler de beaucoup  de chose mais notamment d’art, cinéma, livre, culture. La musique en fait partie, à part entière. Alors chers auditeurs chères auditrices, écoutez, écoutez la radio et écoutez la musique, ou les deux en  même temps. Et parfois, ou souvent, autorisez vous à quitter les classements pour découvrir autre  chose. Le temps me manquant et la saison arrivant à sa fin, je n’ai sur ce point qu’une seule  recommandation : rendez-vous sur le site d’Euradio, rubrique musique, pour découvrir l’artiste européen de la semaine. Ne vous attendez à rien, vous serez surpris, et ravis !


Les opinions du lecteur

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *