Nantes

by Euradio

En ce moment

Titre

Artiste

Emission en cours

Programme musical

00:00 06:30

Background

L’édito d’Ulysse Guttmann-Faure – Retour sur une saison d’émission

Écrit par sur 27 juin 2022

Ulysse Guttmann-Faure, nous enregistrons donc ce jour votre dernière chronique de la saison.

Trois mois déjà, en effet … Que le temps passe vite ! Enfin, sauf concernant la longévité d’un morceau ! Eh oui, c’est en effet le premier constat de ma chronique de cette semaine : rares sont les morceaux caracolant très longtemps en top des Charts. Ainsi, l’extrême majorité des musiques les plus écoutées sont récentes voire très récentes, sorties il y a quelques jours à peine. La France en est le meilleur exemple : il suffit de regarder les morceaux tirés du dernier album du $-Crew — merveilleux par ailleurs, et c’est peu dire tant le retour du groupe me réjouit.

Tout à fait, et cela ne laisse évidemment pas indifférent. Depuis le 1er  février, date d’enregistrement de ma toute première chronique depuis Plovidiv en Bulgarie, presque 6 mois se sont écoulés. 6 mois pendant lesquels j’ai essayé de sortir de mes centres d’intérêts premiers pour tenir ma promesse initiale, énoncée justement dans cette première chronique : faire des quelques minutes qui me sont consacrées une occasion d’apprendre, d’entendre parler de quelque  chose de nouveau, dont on a peu voire pas parlé. Je l’avais dit, une initiative, un événement, une personne extra ou ordinaire, une ville, un processus en cours …  

Presque 6 mois et nous voici à mon 15e édito de la saison. Au total et en cumulé, plus d’une heure de radio par tranche de 3, 4 voire parfois 5 minutes de chronique, dépassant souvent la durée initialement prévue, pris par la passion et l’intérêt du sujet évoqué.  

Et ces sujets ont été particulièrement divers, fidèlement à la tradition d’euradio : parler de tout, s’ouvrir sur le monde. 

C’est en effet ce que j’ai essayé de faire en sortant de ma zone de confort. Vous qui nous suivez depuis longtemps, vous savez peut-être que c’est en 2019 qu’il m’a été donné de m’exprimer pour la toute première fois à ce micro. Trois interventions en 2019, toutes sur la Grèce dont je revenais, après un prenant reportage sur la question des exilés aux côtés du journaliste Fabien Perrier. Aussi m’a-t-il été difficile cette saison de ne pas parler de Grèce et je me suis quasiment fait violence tant ce pays attire (et promis, le fait que je m’appelle Ulysse n’a rien à voir là dedans). Il en a été question lors de mon focus sur les églises orthodoxes, religion d’Etat dans la république hellénique ainsi qu’à deux autres reprises : lors de mon récit de l’exposition de portraits du Louvre à Athènes et à l’occasion de la mort du héros populaire Georges Tromaras, à 75 ans.

Mais les pays survolés ou étudiés ont été nombreux : Italie, autour du Procès du défenseur des droits humains Patrick Zaki  comme de la restauration du tableau de la Mort d’Adonis, Bulgarie, pays auquel j’ai dédié une chronique propre tant sa découverte m’a touché, Serbie, où ont eu lieu les championnats du monde  d’athlétisme, Portugal, avec le tournoi de Tennis d’Estoril, ainsi que tous les autres évoqués, notamment par leurs artistes ou sportifs. Qu’il se passe de choses sur terre !

Et d’après les derniers chiffres, l’édito d’Ulysse est en passe de dépasser le millier d’écoutes uniquement sur le Web, sans compter les autres canaux de diffusion !

C’est une grande fierté, et une surprise encore plus grande. J’étais loin d’imaginer, chers auditeurs et chères auditrices, que je pourrais parler à autant d’entre vous. J’ai essayé de progresser au fil des semaines, poser ma voix et calmer le rythme, essayer et explorer. Une Actu en chasse une autre, même quand on essaie d’en sortir, et il y aurait tant de choses que j’aurai pu évoquer. Mais les sujets ont été nombreux : le sport, tous les sports, rugby fauteuil, escrime, athlétisme, haltérophilie, tennis, ont côtoyé la culture, toute la culture, expositions, livres, films, musique évidemment. De voyager nous avons essayé, pour s’ouvrir, découvrir, apprendre. La radio à ce pouvoir de nous permettre d’explorer, sans bouger. Nous aurions aussi pu aller à Berlin, Bologne, Jagellon en Pologne, Helsinki en Finlande, Zurich ou encore Dublin, villes alliées à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et composant l’alliance d’universités européennes UNA Europa.

Belles villes et aux sujets, mais il faut évidemment faire des choix, tu as pu l’observer !

Eh oui, comme dans la vie, et c’est le plus difficile ! Mais je suis heureux des constats observés. Avec la musique cela a fait l’objet de deux chroniques, que je vous invite évidemment à écouter. Mais dans le sport en voici un dernier : la jeunesse n’a jamais été aussi brillante ou plutôt, n’a jamais autant brillé. Peut-être est-ce un des rares bénéfices au covid, qui a permis de faire la  place ? En tout cas les exemples sont nombreux : dans l’actualité récente parlons du français Léon Marchand qui brille aux mondiaux de natation de Budapest, 20 ans, et son compatriote Benjamin Thomas, 21 ans, en cyclisme (notamment en contre la montre). Côté femme, vous avez déjà entendu les noms de Sara Balzer, Caroline Queroli, Sarah Noutcha, Manon Brunet en sabre, au sein de ma chronique dédiée à la belle discipline qu’est l’escrime. 

Dans ma chronique dédiée aux mondiaux d’atlantisme de Belgrade, la huitième, vous m’avez entendu parler de Yaroslava Mahuchikh, ukrainienne de 20 ans, championne en saut en hauteur et du suédois Armand Duplantis, record du monde à la perche, 6m20, 22 ans. Et enfin, c’est en tennis que  l’exemple me semble le plus marquant tant la nouvelle génération brille : Sébastien Baez, 21 ans et le  danois Holger Rune, 19 ans étaient dans la chronique dédiée au tournoi d’Estoril. À côté d’eux,  citons le grec Stéfanos Tsitsipás, 23 ans, Casper Ruud, 23 ans, norvegien, Carlos Alcaraz, 19 ans, espagnol. En bref, de belles choses à regarder, pour encore de belles années. 

Cela en fait en effet des sujets, des pays et des personnes ! Merci beaucoup Ulysse, nous espérons évidemment te retrouver à l’antenne un de ces jours et dans ta vie future.

Merci à vous, chère Laurence, ainsi qu’à toute l’équipe d’euradio. Cela a été une opportunité folle. Je ne cesserai de conseiller à chacun de voyager, en train évidemment, et de créer des ponts entre les gens. Quant à moi je reprends les études et continuerai par mes engagements divers à suivre l’avancement du monde. À ce titre, je suis fier de pouvoir vous annoncer que j’ai été élu par le Conseil d’Administration de mon université Administrateur de la Fondation Panthéon Sorbonne. L’occasion de défendre de nouveaux projets et de continuer à étudier et pousser les sujets qui me sont chers. À bientôt Euradio !


Les opinions du lecteur

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *