Nantes

by Euradio

Current track

Title

Artist

Current show

Ile d’Europe

10:00 10:50

Current show

Ile d’Europe

10:00 10:50

Background

L’édito d’Albrecht Sonntag – Un marathon très particulier

7 February 2019

Vous avez, paraît-il, participé à un marathon la semaine dernière, au Mans ?

Exactement. Un marathon de deux journées entières, mais d’un genre bien particulier : un marathon de traduction. Et pour être tout à fait honnête, je n’ai fait que donner le coup d’envoi, pour m’éclipser lâchement après.

Je crains que cela nécessite quelques explications. Quel rapport avec votre édito politique ?

C’est très simple. Il s’agissait de préparer les élections européennes sur le plan linguistique.

C’est une initiative pour le moins originale des facultés de langues et d’informatique de l’Université du Mans, portée par ma collègue germaniste Anne Baillot, accompagnée par son collègue informaticien, Loïc Barrault. L’objectif était de nourrir les outils informatiques de traduction avec une masse significative d‘éléments de vocabulaire utilisés par la presse en France et en Allemagne en lien avec les élections européennes. Le tout dans le but d’améliorer la performance de ces logiciels et de faciliter le travail des traducteurs franco-allemands.

C’est donc pendant deux journées entières que s’est penchée une petite dream-team dynamique d’une trentaine de traducteurs – composés d’étudiants, mais aussi d’assistants de langue, et d’enseignants-chercheurs confirmés – sur un nombre invraisemblable de phrases et d’expressions liées aux enjeux et aux procédures des élections européennes.

On devine vite tout l’intérêt de l’exercice :

D’un côté, la manière dont les médias parlent de ces élections reste très marquée par les perceptions et habitudes nationales. Pour accéder à la perspective de l’autre, il faut soit disposer d’un correspondant compétent sur place – le grand luxe ! – soit faire appel à des outils informatique de traduction. Or, comme le dit ma collègue Anne, « ces technologies s’appuient sur des données moissonnées sur le web » – de manière fort aléatoire, j’ai envie d’ajouter, ce qui ne permet pas d’atteindre le niveau de précision requis pour traiter les textes de manière satisfaisante.

Mais si on veut éviter de passer par l’anglais pour tout et n’importe quoi, il faut améliorer, affiner et densifier les outils franco-allemands existants.

Vous vous en doutez bien que je n’ai pu qu’apprécier cette initiative : elle est à la fois interdisciplinaire et interculturelle. Signer des traités diplomatiques franco-allemands, c’est bon. Continuer et approfondir le travail de compréhension mutuelle, c’est encore mieux. Ce n’est quand même pas à Euradio que j’ai besoin d’expliquer l’importance primordiale du multilinguisme dans notre Union !

Dit comme ça, c’est effectivement une approche qui correspond bien à l’esprit de notre maison aussi. Et votre rôle dans tout cela, Albrecht ?

Il était très modeste. J’ai eu l’honneur d’être invité par Anne Baillot pour donner un petit exposé de coup d’envoi. Les traducteurs, ce ne sont pas des spécialistes des études européennes ou des sciences politiques, et pour être efficace dans leur travail de longue haleine sur les deux journées consécutives, il leur était important d’avoir une mise en perspective de ces élections, d’aborder dans une approche comparative les perceptions et les enjeux parfois similaires, parfois très divergents en France et en Allemagne. Exercice stimulant, sympathique, et enrichissant (enfin, pour moi, je l’espère qu’il l’était pour eux aussi).

Le résultat, selon le bilan provisoire d’Anne Baillot, est très encourageant. Aux informaticiens maintenant de rentrer tout cela dans leur moulinette. Comme je disais, l’interdisciplinarité au service de l’interculturel.

Vous en faites un autre exercice de ce genre cette après-midi, à l’ESSCA, en accueillant un grand colloque sur l’impact du Brexit pour notre région, à travers des secteurs d’activité très différents.

Oui, à partir de 14h00, avec des élus du Conseil Régional, des représentants du monde de l’entreprise, et des enseignants-chercheurs britanniques et français. Mais n’ajoutez pas à mon stress, je suis déjà assez nerveux.

On en reparlera, de votre événement de cette après-midi, sur notre antenne. En attendant, on prend RV pour l’édito de jeudi prochain ?