Nantes

by Euradio

Current track

Title

Artist

Current show

Background

Adrinet : lutter contre les filets de pêche fantômes

Written by on 8 février 2021

Les filets de pêche fantômes sont un véritable danger pour la faune et la fore. D’après la Commission Européenne, il faut 600 ans, pour qu’ils se dégradent. Les deux petits villages de Castro en Italie, de Herceg Novi au Monténégro et la région de Vlora en Albanie, ont décidé de coopérer à travers le projet européen “Adrinet”, initiative d’un million d’euro, financée à 85% par l’Union.

Elisabetta Bonerba, vous êtes cheffe de ce projet et professeure à l’Université de Bari, comment l’idée est-elle née et quelles étaient les ambitions de ce projet ?

Ce projet découle de la volonté de créer une coopération internationale notamment avec des pays tiers qui n’appartiennent pas encore à la communauté européenne et ne sont donc pas soumis à la réglementation européenne. Cela part de l’idée que nos problèmes communs concernent précisément la pollution de nos mers et que l’objectif que nous voulions atteindre était de donner des indications, des lignes directrices, des protocoles aux pêcheurs des trois sous-régions concernées, pour la protection de la biodiversité marine.

Nous avons donc impliqué les communautés de pêcheurs des communes de Castro pour l’Italie, de Herceg Novi pour le Monténégro et de la région de Vlora pour l’Albanie, à travers une activité de formation minutieuse, afin qu’ils innovent dans leurs techniques de pêche et qu’elles aient moins d’impact pour les espèces.

Nous avons réalisé que l’un des problèmes émergents en mer Méditerranée est la présence des macro et micro plastiques. Nous avons donc impliqué les pêcheurs dans le suivi des polluants . Nous avons réalisé des échantillons de certaines espèces spécifiques que nous avons choisies en collaboration avec l’Université de Tirana et l’Institut de biologie marine de Kotor au Monténégro, afin de normaliser les méthodes de recherche des espèces cibles et d’avoir une image commune de la présence de polluants dans ces espèces pêchées.

Quelles sont vos analyses et recommandations développées dans le cadre du projet ?

Nous avons analysé non seulement la présence de microplastiques dans les viscères de ces poissons, mais aussi la présence de polluants que nous pouvons appeler «conventionnels», comme les métaux lourds, ou des polluants que nous définissons comme émergents comme les pesticides et les antibiotiques .

Après cette évaluation, nous avons indiqué aux pêcheurs leurs techniques de pêche qui pouvaient avoir le plus d’impact. L’exemple que nous pouvons faire et que tout le monde connaît est celui du chalutage, toujours pratiqué, quoique avec de bonnes limites, dans l’Union. Par contre, en Albanie, il n’y a toujours pas de réglementation stricte en la matière. Le Monténégro s’adapte beaucoup plus rapidement à la réglementation européenne obligatoire car il sera probablement le premier des deux à rejoindre l’Union européenne.

Quelles ont été les étapes suivantes?

L’étape suivante a été de décourager les pêcheurs de pratiquer des pratiques de pêche inappropriées qui, outre le chalutage, concernent, par exemple, la capture de dattes de mer, qui en Europe est interdite depuis longtemps et qui, en revanche, continue d’être effectuée en Albanie.

De plus, nous les avons formés de manière encore plus rigoureuse sur l’importance de ne pas abandonner, ou du moins d’avertir les autorités lorsqu’ils perdent des filets ou des engins de pêche, car cela a un impact sur la mer. En effet, ils sont faits de de véritables fibres synthétiques et plastiques qui, avec les mécanismes de dégradation dans les eaux, libèrent des particules de plastique qui deviennent progressivement de plus en plus petites jusqu’à devenir micro puis nanoplastiques.

Quelles sont les actions concrètes que vous avez entreprises ?

Pour essayer de sensibiliser les pêcheurs à ce type de problème, nous leur avons fourni la technologie r-feed, qui, grâce à un système GPS, peut surveiller en permanence les filets ou engins de pêche perdus, afin qu’ils puissent ensuite être récupérés même avec l’aide des autorités compétentes. Dans certains cas, ces activités ont été faciles à réaliser, dans d’autres cas, il a même été décidé de ne pas récupérer les filets perdus car ils étaient présents depuis si longtemps dans l’ensemble du fond marin qu’ils constituaient désormais un macro-équilibre. Donc, les enlever aurait été pire que de les laisser.

Avez-vous réalisé des campagnes de récupération?

Nous avons fait une activité de cartographie avec l’aide de plongeurs sous-marins de ces réseaux dispersés, puis mené des campagnes de récupération pour éliminer ces réseaux dispersés. Le projet comprenait trois campagnes de pêche, une pour chaque pays : cependant, grâce au fait que nous avons effectué des services avec la RAI (le principal groupe audiovisuel public italien) et grâce à l’intérêt de la capitainerie, nous en avons mené quelques autres, en essayant d’allonger les campagnes déjà prévues le plus possible pendant la journée, afin de récupérer le plus de réseaux possible.

Une fois récupérés, qu’arrive-t-il aux filets de pêche?

Concernant l’Italie, jusqu’à l’approbation de la loi dite “Salvamare“, les pêcheurs ne pouvaient jamais ramener les filets récupérés ou tout autre type de déchets, puisque ce type de déchets n’avait pas encore le code “CER”. Ces déchets étaient alors appelés déchets spéciaux, mais ils ne pouvaient pas retourner à la terre. Donc, dans la pratique courante, ce qui s’est passé, c’est que les pêcheurs, même en sachant où se trouvaient ces filets, les ont laissés là ou rejetés à la mer.

Aujourd’hui cette loi permet de les ramener à terre et ce que nous avons réussi à obtenir du projet, c’est qu’il y a enfin une zone de stockage dans les trois communes concernées. Ce que le projet visait profondément, c’est de sensibiliser les pêcheurs pour en faire les soi-disant nettoyeurs de la mer et par exemple, dans ces moments où la pêche est à l’arrêt, ils auraient pu aider toute la société civile en collectant les déchets.

Castro est un petit village de moins de 3000 habitants. Pourquoi l’avez-vous choisi?

Nous étions libres de choisir n’importe quelle municipalité, mais nous avions déjà commencé un chemin avec l’ancienne administration municipale de Castro, pour valoriser leur territoire. Lorsqu’il a fallu unir nos forces pour le projet, nous avons décidé d’inclure Castro précisément parce que ce projet voulait récupérer une mer et une zone touchée par le tourisme. Cela aurait donné au pays encore plus de prestige.

En ce qui concerne les microplastiques, les résultats sont-ils encourageants ?

Heureusement, nous n’avons trouvé aucun problème majeur de pollution des produits de la pêche dans aucune des trois zones. Nous avons détecté des microplastiques, mais nous savions que c’était un problème qui sévissait déjà dans la mer Méditerranée et en particulier la mer Tyrrhénienne et nous voulions comprendre ce phénomène d’un point de vue scientifique. 

À ce jour, on n’a pas encore compris quel est le problème pour le consommateur, puisque les microplastiques sont aujourd’hui dans le sac viscéral des poissons, qui n’est pas mangé par l’homme. Donc, à ce jour, il n’y a pas de risque réel pour le consommateur, mais si ces microplastiques deviennent des nanoplastiques, ils auront peut-être la capacité de migrer de la poche viscérale vers le tissu musculaire et à ce moment-là, nous les mangerons.

Il y a une grande attention portée à ce phénomène et on ne sait pas quels sont les effets toxiques sur l’homme même s’il y a des recherches qui parlent d’une implication du système lymphatique mais on ne sait rien d’autre.
La Commission européenne et en particulier l’Agence européenne pour la sécurité alimentaire demandent continuellement au groupe d’experts qui fait partie des différents “Focal Points” européens, de nous tenir informés, de collecter des données. C’est pourquoi dans la partie plus scientifique du projet, nous avons également inclus une évaluation de ce type de polluants.


Reader's opinions

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *