Nantes

by Euradio

En ce moment

Titre

Artiste

Emission en cours

Background

Aujourd’hui en Europe – Jeudi 1er Juillet

Écrit par sur 1 juillet 2021

L’essentiel de l’actualité européenne du jour :

  • Le Portugal n’est plus à la tête du Conseil de l’UE
  • Fonds européen de Défense (FED) : de nouvelles mesures prise par la commission européenne
  • Comité européen des régions : les 329 élus locaux réunis cette semaine en session plénière

Le Portugal n’est plus à la tête du Conseil de l’UE

Ce jeudi 1er juillet marque la fin de la présidence tournante du Conseil de l’UE par le Portugal. Le pays revendique un bilan positif de ces 6 mois à coordonner le travail des 27.

Oui, débutée au 1er janvier 2021, cette présidence portugaise aura été marquée par la pandémie de Covid-19, et donc par l’organisation en format virtuel des très nombreuses réunions de travail. Dans un entretien donné à Euronews, le premier ministre portugais Antonio Costa s’est tout particulièrement félicité “de son plan d’action sur le socle européen des droits sociaux” adopté début mai 2021. La présidence portugaise a également su respecter les délais de la mise en œuvre du plan de relance européen, avec l’approbation et le lancement de l’emprunt européen, et la soumission puis l’approbation de déjà 12 plans de relance nationaux. Les gouvernements devraient toucher les premiers versements d’ici fin juillet.

Le travail des ministres des 27 Etats membres de l’Union sera désormais sous la coordination de la Slovénie jusqu’en janvier 2022. Le pays a déjà annoncé ses priorités.

Oui, le pays a placé la reprise économique de l’UE au sommet de ses priorités. Le développement d’une “Europe de la Santé” figure aussi au programme de la présidence slovène, par exemple à travers la création d’une Autorité de préparation et de réaction en cas d’urgence sanitaire (HERA). Enfin, sur le plan extérieur, la Slovénie travaillera à ce que l’UE se focalise sur la région des Balkans et son intégration européenne, mais aussi sur le renforcement des relations entre l’UE et l’OTAN, tout particulièrement sur les enjeux de cybersécurité.

Mais le premier ministre slovène Janez Jansa et son gouvernement soulèvent de nombreuses inquiétudes à Bruxelles.

En effet. Pour rappel, Janez Jansa, populiste assumé, est depuis 2020 à la tête d’une coalition gouvernementale de quatre partis conservateurs. En outre, le leader slovène a déjà fait de la prison pour corruption, et il fait régulièrement face à des protestations populaires importantes. Le 28 mai dernier, 40 000 personnes se sont rassemblées dans ce pays de 2 millions d’habitants pour demander des “élections anticipées”. Ces difficultés internes risquent donc de se refléter dans le travail de la présidence slovène du Conseil de l’UE.

Au niveau européen, la Commission européenne et plusieurs organisations internationales ont déjà dénoncé la Slovénie pour ses attaques contre la presse indépendante. 

En effet, très récemment, le 29 juin, dans une lettre adressée à la Commission européenne et au président du Conseil européen Charles Michel, cinq eurodéputés des Verts et des sociaux-démocrates ont dénoncé par exemple la suppression par le gouvernement du financement de l’Agence de presse slovène ou son refus de nommer  des procureurs délégués au Bureau des procureurs européens (OEPP), le nouvel organisme anti-corruption de l’Union. Les cinq eurodéputés demandent à la Commission et au Conseil  de suspendre le transfert des fonds européens à la Slovénie. Malgré ces critiques, le Premier ministre portugais s’est montré confiant en rappelant que c’est la “deuxième présidence” du Conseil de l’UE assurée par Janez Jansa, après une première en 2008.  

Fonds européen de Défense (FED) : de nouvelles mesures prise par la commission européenne

Restons auprès des institutions de l’UE, en nous concentrant sur l’adoption de nouvelles mesures par la Commission européenne pour mettre en œuvre le Fonds européen de Défense (FED), lancé cette année. 

Oui, ce fond doté d’une enveloppe budgétaire d’1,2 milliard d’euros rien que pour l’année 2021, tâchera de mutualiser les efforts des 27 Etats membres en finançant le développement de projets de coopération dans l’industrie de la défense. Le FED contribue également à l’objectif d’autonomie stratégique européenne en aidant les armées des 27 à utiliser un équipement commun. La commissaire européenne Margrethe Vestager a en outre salué le soutien de ce Fonds aux petites et moyennes entreprises.

Des appels à proposition ont été lancés pour que des projets innovants bénéficient de ce nouveau financement. En attendant, 26 projets de coopération industrielle ont eux été sélectionnés pour être financés cette fois par le Programme européen de développement de l’industrie de la défense (EDIDP).

Oui Thomas, pendant les deux dernières années, ce programme a constitué une phase pilote du Fonds européen de défense. Les 26 projets que vous avez évoqués représentent une valeur de 158 millions d’euros. Ils concentrent, selon le commissaire européen Thierry Breton, des innovations pour une prochaine génération d’avions de combat, ou bien des technologies dites “critiques” comme un cloud assurant la protection et l’échange sécurisé de données au niveau européen.

Comité européen des régions : les 329 élus locaux réunis cette semaine en session plénière

Terminons ce journal en revenant sur le travail du Comité européen des régions. Les 329 élus locaux et régionaux sont réunis cette semaine en session plénière. Parmi les opinions consultatives qui y ont été présentées, les membres du Comité ont adopté mercredi 30 juin un texte pour “accroître l’ambition climatique de l’Europe à l’horizon 2030”.

Oui, cette opinion renouvelle l’engagement des Européens à atteindre les objectifs climatiques qu’ils se sont fixés, à savoir la neutralité climatique pour 2050, et avant cela d’atteindre une réduction d’au moins 55% des émissions de gaz à effet de serre d’ici à 2030. Étant donné que ce sont principalement les autorités locales et régionales qui mettent en œuvre le Pacte vert européen, les membres du Comité appellent l’UE à davantage les impliquer. Les élus ont également adopté cette opinion afin de mettre en avant l’enjeu climatique lors d’espaces de dialogue comme la Conférence sur l’avenir de l’Europe, ou encore la COP 26, qui se tiendra en novembre de cette année à Glasgow en Ecosse.

Les élus locaux appellent l’UE à se doter d’un “éventail varié de solutions” pour atteindre ces objectifs climatiques.

Ils soutiennent par exemple les discussions en cours au niveau européen pour réformer le système d’échange de quotas d’émission ou “marché carbone” de l’UE. Ils encouragent aussi le remplacement des voitures à énergie fossile par des véhicules “zéro émission”, la rénovation des bâtiments pour améliorer les performances énergétiques, et plus largement un développement à grande échelle des énergies renouvelables. 

Thomas Kox – Romain L’Hostis

Tous les journaux “Aujourd’hui en Europe” sont disponibles ici

Photo de Gustave Deghilage via Flickr


Les opinions du lecteur

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *