Levée de l'obligation du masque dans les transports, bonne nouvelle ? Pas pour les personnes immunodéprimées.

Levée de l'obligation du masque dans les transports, bonne nouvelle ? Pas pour les personnes immunodéprimées.

Il y a aujourd'hui 300 000 personnes immunodéprimées en France. Elles sont dyalisées, greffées, atteintes de cancer ou de maladies auto-immunes. Elles font partie des populations les plus à risque face au Covid-19 avec un taux de mortalité de 15 à 20% en cas de contamination.

La pandémie a eu des conséquences graves sur leur vie quotidienne et les a contraintes à un isolement professionnel, social et même familial extrême. Certaines, au contraires, n'ont d'autre choix que de sortir et sont ainsi fortement exposées au virus. La levée des restrictions risque aujourd'hui d'aggraver leur situation, et celle des autres personnes particulièrement à risque.

Face à l'annonce de la fin de l'obligation du port du masque dans les transports en commun à partir de ce lundi 16 mai, des associations de patients ont lancé un appel à la protection des personnes immunodéprimées. Nous avons rencontré Laurent di Meglio, membre de Renaloo, association de patients atteints de maladies rénales et signataire de cet appel.

© Perry Tak