Nantes

by Euradio

En ce moment

Titre

Artiste

Emission en cours

Background

Scopitone : reportages au cœur du festival

Écrit par sur 13 septembre 2021

Une série de reportages réalisée par Thomas Rocher

Episode 1 : présentation du festival Scopitone

Jusqu’au 19 septembre, le festival Scopitone met à l’honneur les arts numériques et les cultures électroniques à Nantes. Des expositions, des live, des performances audiovisuelles. Mais aussi des conférences et des ateliers. On vous fait vivre l’événement sur euradio. Aujourd’hui on rencontre les programmateurs de l’événement. Jean-Michel Dupas, en charge de la musique pour cette 19ème édition du festival Scopitone, nous rappelle d’où vient ce projet.

Le festival est donc créé au début des années 2000. Puis dans le même esprit, c’est Stereolux, un lieu dédié à l’art numérique et aux cultures électroniques qui est créé en 2011. Cédric Huchet, programmateur arts numériques et multimédia à Stereolux, explique :

Le festival, en 2001, nous a mis le pied à l’étrier, véritablement, sur ce mélange musique et arts numériques. Avec Stereolux, on avait envie d’un lieu, d’un projet culturel qui nous permette de faire Scopitone toute l’année.

Scopitone ce sont aussi les arts numériques dans leur globalité. Une exposition, Hyper Nature, présente 17 installations. Leur objectif, nous explique Cédric Huchet, est d’interroger le rapport entre art, nature et sciences. Ces installations sont à retrouver durant le festival Scopitone jusqu’au 19 septembre prochain.

Hyper Nature c’est, d’une part, la façon dont les artistes, avec la création numérique, vont essayer de sublimer la nature, de l’imiter, de la fantasmer. Le deuxième volet est un regard plus critique, un questionnement assez profond sur notre rapport à la nature ; le rapport des technologies à la nature.

Merci à nos intervenant.es :

  • Jean-Michel Dupas, programmateur musical Stereolux
  • Cédric Huchet, programmateur arts numériques, multimedia et festival Scopitone

Episode 2 : Supraorganism

Au cœur de Stereolux on peut retrouver, par exemple, Supraorganism, l’œuvre de Justine Emard, qui s’est inspirée de l’étude scientifique du mouvement des essaims d’abeille pour animer son installation.

Cette installation est composée de 21 sculptures en verre soufflé, avec des mécanismes intérieurs robotisés. C’est une installation que j’ai conçue autour de l’idée de conscience collective.

Mon point de départ a été l’observation d’un essaim d’abeilles. J’ai filmé, récupéré des données pour comprendre et observer la communication et le comportement des abeilles. […] J’ai commencé à m’intéresser aux sciences et aux technologies. Ce qui m’intéressait c’est cette dimension poétique de la technologie.

Merci à nos intervenant.es :

  • Justine Emard, artiste

Episode 3 : High Tone

Aujourd’hui, on rencontre Julien du groupe de musique électronique High Tone. Avec le collectif AV Exciters, ils présentent au planétarium un spectacle audiovisuel qui invite à la rêverie, au lâcher prise, voire à la transe…

Out of Your Mind est le fruit d’un consortium de planétariums et de lieux artistiques franco-québecois. Le projet immersif est projeté au planétarium de Nantes dans le cadre du festival Scopitone jusqu’au 19 septembre prochain.

High Tone est un groupe issu des années 1990 qui a pour axe principal le Dub, un parent des musiques électroniques nées à la fin des années 60-70, basé sur l’utilisation des technologies pour déstructurer la musique.

On a toujours voulu avoir des medias visuels pendant les performances. La musique instrumentale laisse beaucoup de place à l’imagination. […] Dans ce spectacle il y a cette idée de sortir de son corps. Effectivement, quand t’es à un concert, tu sors de ta vie de tous les jours et tous ces medias t’aident à vivre un moment sublimé.

Merci à nos intervenant.es :

  • Julien Oresta du groupe High Tone

Episode 4 : Bi-Vermille

Aujourd’hui, on rencontre une artiste qui, depuis le début des années 1990, explore l’infographie, comprenez la réalisation d’images numériques par ordinateur. Anne-Sarah Le Meur présente, lors de l’exposition Hyper Nature de Scopitone, une pièce générative double écran intitulée Bi-Vermille. L’algorithme, écrit par l’artiste elle-même, dessine une infinité de tableaux abstraits et envoutants.

Je voulais travailler sur les lumières, avec cette idée d’enlever le maximum de choses et d’explorer un degré zéro de l’image 3D. C’est essentiellement des lumières projetées sur une surface. Tout est en interaction, en fonction des propriétés de la surface et des propriétés des lumières.

Le programme est écrit de telle sorte qu’il va varier dans le temps. Cette animation, au fur et à mesure, ne va jamais être la même : il y a environ une quarantaine de paramètres qui vont évoluer différemment les uns les autres.

Merci à nos intervenant.es :

  • Anne-Sarah Le Meur, artiste

Episode 5 : Rios Trilogy

Aujourd’hui, on rencontre Laura Colmenares Guerra. Avec des imprimantes 3D, elle crée des sculptures représentant des territoires amazoniens, sur lesquelles ont été modélisés les stigmates des activités humaines. Pour cela, l’artiste utilise des données glanées sur le réseau social Twitter, qu’elle compile au moyen d’un algorithme préalablement créé. Une installation militante qui invite à prendre conscience des risques auxquels le territoire sud-américain est exposé. L’artiste nous parle de son œuvre Rios Trilogy.

Rios est le premier projet dans lequel je travaille avec des données scientifiques. […] Je pense qu’il est très important de se rappeler que le green deal ne concerne pas seulement les européens ; c’est aussi une vision pour les territoires hors d’Europe. On ne peut pas continuer à exploiter des territoires comme on l’a fait en Afrique et dans d’autres parties du monde. L’Amazonie, on ne peut pas continuer à considérer ce territoire comme un territoire doté d’une réserve infinie.

Merci à nos intervenant.es :

  • Laura Colmenares Guerra, artiste

Thomas Rocher

© Images par Léa Chevrel


Les opinions du lecteur

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *