Nantes

by Euradio

En ce moment

Titre

Artiste

Emission en cours

Background

Les 1001 héroïnes de Eléonore Stevenin – Désobéissantes #10

Écrit par sur 14 décembre 2021

Bonjour et bienvenue dans cet épisode de 1001 héroïnes, une chronique qui vous fait découvrir chaque semaine des héroïnes européennes de livres ou de films ! 

Saviez-vous que la 4ème femme à accéder au métier d’architecte dans le monde était roumaine ? Vous souvenez-vous de cette joueuse de tennis, roumaine elle aussi, numéro 1 mondiale en 2018 ? Et puis connaissez-vous cette peintresse incroyable qui a réalisé certaines des plus spectaculaires fresques à Bucarest ? Si vous répondez non à l’une de ces questions, le livre dont je vais vous parler pourrait bien vous intéresser !

Vous les connaissez certainement : en 2016, l’autrice et illustratrice Pénélope Bagieu publiait Les Culottées, série de courtes biographies en BD de femmes méconnues de l’histoire mondiale. Son objectif : montrer que les femmes aussi ont œuvré à l’histoire, surmontant les préjugés d’un monde patriarcal. La BD est devenue culte, et a été traduite dans plusieurs dizaines de langues ! Mais ce n’est pas ce livre, tout à fait génial par ailleurs, que j’avais envie de vous conseiller aujourd’hui.

Je veux vous parler d’un projet publié en 2018 par cinq autrices roumaines engagées : Adina Rosetti, Victoria Patrascu, Iulia Iordan, Laura Grunberg et Cristina Andone. Elles ont imaginé un projet intitulé Les Désobéissantes, pour transmettre aux jeunes générations l’idée qu’il est possible d’être une femme, roumaine, et de réaliser de grandes choses ! Bref : des Culottées roumaines ! Le résultat : un très beau livre illustré, avec les biographies de 100 femmes roumaines ou d’Europe de l’est, illustrées par une vingtaine de dessinatrices. Le livre a été traduit en français par Sidonie Mezaize et il vient de sortir aux éditions Belleville. Et c’est un super chouette cadeau à offrir pour Noël (ou à vous faire offrir !) ! 

Alors, est-ce que tu peux nous présenter quelques-unes de ces femmes ? 

Avec grand plaisir, même si j’avoue avoir du mal à choisir par laquelle commencer, tant elles sont toutes incroyables et inspirantes ! J’en ai quand même choisi trois. 

La première, c’est Smaranda Braescu. Née en 1897, elle avait un rêve : devenir pilote d’avion ! Mais à cette époque, aucune école de pilotage n’était ouverte aux femmes… Qu’à cela ne tienne, Smaranda décide d’acheter un parachute. Elle obtient sa licence en deux jours, et devient alors une des premières femmes parachutistes au monde ! Bien que peu soutenue, elle multiplie les records : le record féminin du plus haut saut en parachute d’abord, en 1931… et puis en 1932, elle bat le record du monde toute catégorie en s’élançant à 7 315 mètres, soit 660 mètres de plus que le précédent record ! Et ce record ne sera battu que 20 ans plus tard ! Dans la foulée, elle obtient enfin une licence de pilote d’avion, aux Etats-Unis. Et pendant la Seconde Guerre mondiale, elle rejoint l’Escadron blanc, une unité d’avions sanitaires pilotés uniquement par des femmes, grâce à laquelle des milliers de vies ont pu être sauvées. Sans surprise, elles n’eurent droit à aucune reconnaissance après la guerre et furent même exclues de l’aviation roumaine… 

Impressionnant ! On a hâte de découvrir une autre de ces héroïnes ! 

Alors c’est parti, je vais vous parler maintenant d’une experte et activiste des questions roms et féministes. Elle s’appelle Nicoleta Bitu, et elle est née en 1970. C’est l’une des premières femmes roms à avoir obtenu un doctorat en sciences politiques en Roumanie. Pendant toute sa carrière, elle a mêlé activisme et recherche sur les droits des femmes, les droits des roms, et à l’intersection de ces deux champs de recherche : les droits des femmes roms. Son expertise est reconnue partout dans le monde : elle a travaillé avec de grandes institutions européennes et internationales. Et pourtant, Nicoleta Bitu n’a même pas de page Wikipedia… 

Allez, une dernière pour la route ? 

Bon, je triche un peu pour vous citer les noms de deux femmes : Zsófia Torma et Laura Coltofean-Arizancu. Leurs noms sont indissociables, et pourtant elles ont plus d’un siècle d’écart ! Car la seconde, née en 1989, a permis à la première d’être connue. Zsofia Torma, elle, elle est née en en 1832 en Hongrie. Elle a été l’une des premières femmes archéologues d’Europe. Également anthropologue et paléontologue, elle a découvert plus de 10 000 pièces parfois vieilles de 7000 ans, issues de la culture de Turdaș-Vinča dans les Balkans ! Elle a ainsi mis en lumière une histoire totalement inconnue. Et pourtant, ses découvertes ont peiné à être reconnues… De son vivant, elle a quitté la Hongrie pour tenter de présenter ses découvertes partout en Europe, mais elle a malgré tout fini sa vie dans la pauvreté. Et sa successeuse Laura Coltofean-Arizancu le dit : encore aujourd’hui, les femmes archéologues sont très discriminées…

Pour résumer, les Désobéissantes sont artistes, sportives, militantes, entrepreneuses, exploratrices, scientifiques… et elles méritent toutes d’être connues et reconnues ! Alors foncez dans votre librairie préférée pour vous procurer ce livre passionnant !

Et puis rendez-vous sur le site 1001heroines.fr pour découvrir près de 750 œuvres avec d’autres héroïnes inspirantes, autant d’idées de cadeaux pour les fêtes ! 

A la semaine prochaine !


Les opinions du lecteur

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *