Nantes

by Euradio

En ce moment

Titre

Artiste

Emission en cours

Background

Comment devient-on océanographe ? – Plongée dans les océans #20

Écrit par sur 14 mars 2022

Nous retrouvons Sakina-Dorothée Ayata, maîtresse de conférences en écologie marine à Sorbonne Université pour sa chronique “Plongée dans les océans”.

Sakina, cette semaine vous allez nous expliquer comment on devient océanographe.

Oui, car peut-être que plusieurs de nos auditrices et auditeurs se pose la question en écoutant ces chroniques ! Je pense en particulier au plus jeunes qui rêvent d’étudier les océans et d’en faire leur métier plus tard.

Déjà, être océanographe, qu’est-ce que ça veut dire ?

Et bien ça veut dire étudier les océans. Ca peut être étudier le plancton, les poissons, ou les grands prédateurs, ou encore étudier la chimie de l’eau et les pollutions marines, étudier les courants marins et l’impact du changement climatique sur les océans. Etre océanographe ça peut vouloir dire embarquer sur de petits bateaux pour aller récolter des échantillons au large, ou encore partir de long mois pour de grandes expéditions océanographiques dans les océans polaires ou pour étudier les grands fonds marins. Ca peut aussi vouloir dire faire des expériences en laboratoires, ou encore passer ces journées devant son ordinateur à coder, faire des analyses statistiques, développer de nouveaux algorithmes, ou faire tourner des modèles. C’est donc un métier qui peut regrouper des activités très diverses !

Et donc, comment devient-on océanographe alors ?

La plupart des océanographes sont des chercheurs ou des enseignants-chercheurs, d’autres sont des ingénieurs. Les chercheurs et les enseignants-chercheurs ont fait de longues études puisqu’ils ont un diplôme de niveau Bac+8, appelé doctorat. La principale différence entre chercheurs et enseignants-chercheurs c’est que les premiers ne font, entre guillemets “que” de la recherche, alors que les seconds ont la chance de faire à la fois de la recherche et de l’enseignement, en particulier à l’université. Les ingénieurs, quant à eux, ont un niveau Bac+5, et sont diplômés d’un Master obtenu à l’université, ou d’un diplôme d’ingénieur délivré par une école d’ingénieur.

Et qu’ont-ils étudié pendant ces 5 à 8 années post-bac ?

Et bien selon leurs appétences, ils ont commencé à étudier les sciences de la vie ou la biologie, les sciences de la terre ou la géologie, ou encore la chimie ou la physique, mais aussi parfois les mathématiques ! D’ailleurs, il est aussi possible d’étudier les océans en étant un historien ou un géographe, ou encore un marin et donc un militaire ! Ce qui est important est déjà obtenir une licence, au niveau bac+3, pour ensuite candidater dans un Master spécialisé en Sciences Marines. Et il en existe dans de nombreuses universités en France, comme à Paris, Brest, Marseille, la Rochelle, Bordeaux, Nice, Lille, Caen, et d’autres encore. Pour entrer dans ces formations très demandées, il faut avoir obtenu de bonnes notes en licence et être motivé. Et si on a pu réaliser un stage dans un laboratoire, c’est toujours un plus.

Et après le Master, pour celles et ceux qui souhaitent continuer jusqu’au doctorat ?

Et bien pour elles et pour eux, les études continuent ! Après le Master, il faut alors décrocher une bourse de doctorat, pour devenir pendant 3 ans, parfois 4, une doctorante ou un doctorant. Vous aurez alors toujours le statut d’étudiante ou d’étudiant, mais vous toucherez aussi un salaire et vous réaliserez vos travaux de recherche dans un laboratoire, sous la supervision d’une ou d’un océanographe. A l’issue de ces 3 années, vous devrez alors rédiger votre mémoire de doctorat, ou votre “thèse”, puis présenter vos travaux devant un jury pour obtenir le diplôme de docteur.

Donc il faut forcément aller à l’université après son bac pour devenir océanographe ?

Et bien non, pas nécessairement, car il existe en réalité de nombreuses passerelles entre différentes formations ! Avant d’entrer en Master de Sciences de la Mer ou d’Océanographie, on peut par exemple débuter par trois années d’étude à l’Intechmer, l’Institut national des sciences et techniques de la mer, qui dépend du CNAM et est basé à Cherbourg en Normandie. Ou bien on peut commencer par un ou deux ans de classe préparatoire, avant de retourner à l’université pour terminer sa Licence ou avant d’entrer dans une grande école. Le tout est d’obtenir un Master en Océanographie ensuite.

Et quand on décroche son master ou sa thèse en océanographie, où travaille-t-on ensuite ?

La plupart des océanographes travaillent dans des laboratoires de recherche publics, en particulier à l’IFREMER (L’Institut Français de Recherche pour l’Exploitation de la Mer), au CNRS (le Centre National de la Recherche Scientifique), au MNHN (le Muséum National), à l’IRD (Institut de Recherche pour le Développement) ou encore dans les universités, comme moi par exemple. Je suis enseignante-chercheuse, titulaire d’un doctorat en océanographie. Mais je n’ai pas fait un master en océanographie, et je n’ai pas non plus passé mes premières années post-bac à l’université, puisque j’ai fait une prépa avant d’intégrer une grande école. Et j’ai ensuite fait un master interdisciplinaire en Sciences la Vie et non en océanographie. 

Tous les chemins mènent à Rome, donc !

Sakina Ayata au micro de Cécile Dauguet

Tous les épisodes de “Plongée dans les océans” sont à retrouver ici


Les opinions du lecteur

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *