Nantes

by Euradio

En ce moment

Titre

Artiste

Emission en cours

Programme musical

00:00 06:30

Background

Dans un laboratoire d’océanographie – Plongée dans les océans #20

Écrit par sur 21 mars 2022

Nous retrouvons Sakina-Dorothée Ayata, maîtresse de conférences en écologie marine à Sorbonne Université pour sa chronique “Plongée dans les océans”.

Sakina, la semaine passée, vous nous aviez expliqué comment on devenait océanographe. Mais il parait que dans un laboratoire d’océanographie, on ne trouve pas que des océanographes. C’est bien ça ?

Oui. Je vous avais en effet expliqué que les océanographes étaient des chercheurs ou enseignants-chercheurs titulaires d’une thèse en océanographie, ou bien des ingénieurs titulaires d’un master en océanographie. Mais dans les laboratoires qui mènent des recherches sur les océans, il n’y a pas que des chercheurs, enseignants-chercheurs, et ingénieurs.

Il y a qui alors ?

Et bien il y a aussi du personnel technique et des étudiants. Parmi les personnels techniques, on trouve les assistants ingénieurs et les techniciens. Ces personnes apportent des aides techniques et technologiques et elles peuvent être responsables de certains instruments de mesure, comme des capteurs physico-chimiques, ou bien en charge de maintenir en culture des organismes que l’on étudie en laboratoire avec des expériences.

On peut donc travailler dans un laboratoire d’océanographie sans avoir fait de très longues études ?

Oui, car le plus souvent, ces personnes ont fait des études plutôt courtes en 2 ou 3 ans, comme une licence professionnelle, un IUT ou un BTS. Mais il n’y a pas non plus que des personnes qui ont fait des études scientifiques et techniques, car dans les laboratoires on retrouve aussi du personnel administratif.

Et qui sont ces personnels administratifs ?

Ce sont des secrétaires ou des gestionnaires, qui contribuent au bon fonctionnement du laboratoire. Ces personnes sont indispensables, par exemple pour recruter du personnel, faire des achats de matériel, gérer le budget du laboratoire, ou encore organiser des missions en France ou à l’étranger pour les membres du laboratoire qui doivent se déplacer, soit pour collaborer avec d’autres laboratoires, pour participer à des conférences internationales, ou pour faire des campagnes d’échantillonnage en mer.

Et, vous avez aussi mentionné qu’on trouvait des étudiants dans les labos.

Oui, tout à fait, il y a aussi beaucoup d’étudiants dans les laboratoires, et de tous niveaux. On trouve ainsi des étudiants en stage, qui vont réaliser un travail scientifique ou technique pendant quelques semaines à quelques mois sous la supervision de chercheurs, d’enseignants chercheurs, et d’ingénieurs. Ces stages peuvent être bénévoles, c’est-à-dire que les étudiants réalisent leur stage sur leur temps libre, par exemple l’été ou pendant les vacances, ou alors ils sont indispensables à leur cursus pour valider leur diplôme de BTS, IUT, licence, ou master. Par exemple au niveau master, les étudiants sont souvent amenés à réaliser un stage court en première année de master, et un stage long en deux années de master. Le stage court leur permet de découvrir le monde la recherche et le fonctionnement d’un laboratoire. Le stage long leur permet de faire un premier travail de recherche et se frotter ainsi au travail d’un chercheur.

Et vous nous aviez aussi parlé des doctorants, qui sont inscrits en thèse c’est ça ?

Oui, les doctorantes et doctorants sont des jeunes chercheuses et jeunes chercheurs en cours de formation. Ils ont à la fois le statut d’étudiantes et d’étudiants, puisqu’ils sont inscrits à l’université pour décrocher leur diplôme de doctorat, et en même temps ils sont salariés pendant 3 à 4 ans pour réaliser leur travail de thèse. Dans les laboratoires, on trouve aussi des post-doctorantes et post-doctorants, couramment appelés post-docs.

Et c’est quoi des post-docs ?

Les post-docs sont des jeunes chercheuses et jeunes chercheurs qui ont obtenu leur thèse, et qui sont recrutés dans les laboratoires pour des contrats de 1 à 2 ans, parfois plus, pour faire de la recherche. Parce que être recruté juste après sa thèse comme chercheur ou d’enseignant-chercheur c’est extrêmement rare, les jeunes docteurs sont d’abord recrutés sur des contrats courts. D’ailleurs, il est fréquent de partir faire un ou plusieurs contrats post-doctoraux dans des laboratoires à l’étranger. Car, je ne l’ai pas encore mentionné, dans la recherche les carrières sont très souvent internationales et dans nos laboratoires de recherche on accueille aussi des étrangers, en particulier en thèse ou en post-docs. Enfin, dans les laboratoires rattachés à une université ou une école, on peut aussi trouver des ATER.

Ca veut dire quoi ATER ?

ATER c’est un acronyme qui signifie “Attaché temporaire d’enseignement et de recherche”. Ce sont des personnes recrutées en général un an pour faire un travail d’enseignant-chercheur, c’est à dire donner des cours à l’université et faire de la recherche. Les post-docs sont des chercheurs sur contrats courts, et les ATER sont des enseignants-chercheurs sur contrats courts. Ceci dit, tout ceci est peut-être amené à changer dans les années à venir, donc à voir comment l’organisation de nos laboratoires pourrait évoluer dans le futur.

A suivre donc, mais ça nous donne déjà une bonne idée de la diversité des personnes qui travaillent dans les laboratoires d’océanographie. Merci Sakina. A bientôt.

Sakina Ayata au micro de Laurence Aubron

Tous les épisodes de “Plongée dans les océans” sont à retrouver ici


Les opinions du lecteur

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *