Nantes

by Euradio

En ce moment

Titre

Artiste

Emission en cours

Background

Les voitures électriques, entre Russie, Chine et Europe – Hashtag PFUE avec Anna Creti

Écrit par sur 31 mai 2022

Nous retrouvons Anna Creti, professeure d’économie à l’Université Paris Dauphine et Directrice scientifique de la chaire économie du gaz naturel et de la chaire Economie du climat.

Dans une période où le prix du pétrole ne cesse d’augmenter, les voitures électriques pourraient être une solution pour diminuer la dépendance aux fossiles. Comment évolue la mobilité « soutenable » ?

Avec un prix des carburants qui reste durablement supérieur à 2 euros par litre, surtout depuis le conflit entre Russie et Ukraine, réfléchir à l’avenir de la mobilité électrique est nécessaire. Il s’agit d’un marché certes en croissance mais assez complexe. L’Agence Internationale de l’Energie nous l’explique dans son dernier rapport « Global Electric Vehicle Outlook », publié il y a quelques jours. L’Agence internationale de l’énergie rapporte que, malgré les tensions qui existent le long des chaînes d’approvisionnement mondiales, le succès des ventes de véhicules électriques (y compris les véhicules entièrement électriques et les véhicules hybrides rechargeables) est remarquable : “Un nouveau record de 6,6 millions a été atteint en 2021, avec plus de modèles vendus chaque semaine que pendant toute l’année 2012. Et pour 2022, les chiffres restent encourageants : ” 2 millions de voitures électriques ont été vendues dans le monde au premier trimestre, soit une augmentation de trois quarts par rapport à la même période l’année dernière “. Le détail est intéressant : “Les ventes en Europe (+65% à 2,3 millions) et aux États-Unis (+630 000) sont également en forte croissance. Les voitures électriques chinoises sont généralement plus petites que sur d’autres marchés. Outre la baisse des coûts de production, cela a permis de réduire considérablement l’écart de prix par rapport aux voitures traditionnelles”.

Un marché en forte croissance. Mais cela est-il dû aux politiques de soutien à la mobilité électrique ?

Le soutien politique soutenu a été l’une des principales raisons de la vigueur des ventes de voitures électriques sur de nombreux marchés, le total des dépenses gouvernementales en matière de subventions et d’incitations doublant d’ici 2021 pour atteindre près de 30 milliards USD, poursuit Aie. Un nombre croissant de pays ont des objectifs ambitieux en matière d’électrification des véhicules pour les prochaines décennies, et de nombreux constructeurs
automobiles ont des plans d’électrification de leur flotte qui vont au-delà des objectifs politiques. Cinq fois plus de modèles de voitures électriques seront disponibles en 2021 qu’en 2015, et le nombre de modèles disponibles atteindra 450 à la fin de 2021.

Cette croissance est très intéressante pour commencer à s’affranchir du pétrole mais il s’agit toutefois d’un secteur très gourmand en matériaux critiques. Quel avenir peut-on prévoir ?

À court terme, les principaux obstacles à la croissance continue des ventes de véhicules électriques sont la flambée des prix de certains minéraux essentiels à la production de batteries, ainsi que les perturbations de la chaîne d’approvisionnement causées par l’attaque de la Russie contre l’Ukraine et la fermeture continue de Covid-19 dans certaines régions de la Chine. À long terme, des efforts supplémentaires sont nécessaires pour construire une infrastructure de recharge suffisante pour faire face à la croissance attendue des ventes de voitures électriques, selon le rapport de l’Agence Internationale de l’Energie. Les prix du lithium, un minéral essentiel pour les batteries des voitures, étaient plus de sept fois plus élevés en mai 2022 qu’au début de 2021, et les prix du cobalt et du nickel ont également augmenté. Toutes choses égales par ailleurs, le coût des packs de batteries pourrait augmenter de 15 % si ces prix restent aux niveaux actuels, ce qui inverserait plusieurs années de baisse. L’invasion de l’Ukraine par la Russie a créé une pression supplémentaire, car la Russie fournit 20 % du nickel des batteries dans le monde. Et la Chine de son côté, détient un autre record. Elle produit les trois quarts de toutes les batteries au lithium. Résultat : plus de la moitié des voitures électriques en 2021 ont été assemblées en Chine.

Encore une situation où l’Europe est « dépendante » ?

Disons que les objectifs européens de décarbonation du secteur des transports, essentiels pour la transition énergétique, passent forcément par la croissance de la mobilité électrique mais croisent (trop souvent) la route de la Russie et de la Chine. Il est encore possible de la contourner, cette route, mais cela demande beaucoup d’efforts : normes strictes en matière d’efficacité des véhicules et d’émissions de carbone ; la priorité donnée aux véhicules à deux et trois roues et aux autobus urbains ; et la promotion d’investissements plus importants dans l’extraction de minéraux essentiels, tout en respectant des pratiques durables sur le plan environnemental et social. Un vaste programme.

Anna Creti au micro de Laurence Aubron


Les opinions du lecteur

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *