Catch : les français à la conquête de l'Europe

Catch : les français à la conquête de l'Europe

Samedi 17 septembre se tenait le show de catch Coalition au complexe sportif de la porte d'Arras à Douai, organisé par la fédération locale CACC (Catch As Can Catch). Plus de deux heures de spectacle, dont quatre matchs (sur six) étaient pour une ceinture de champion. L'occasion pour le public de connaitre le dénouement de certaines intrigues débutées il y a plusieurs mois. Les novices ont quant à eux pu découvrir une discipline enracinée sur le continent de part son histoire, ainsi que les visages de ceux qui font briller la France dans les rings européens.

TOUTES LES CEINTURES EN JEU

20h45, les lumières s'éteignent, la musique démarre. Une brève introduction de l'annonceur pour présenter les arbitres de la soirée, remercier le public de sa présence, et le premier combat commence. Un match censé être en un contre un entre deux élèves de la CACC, et qui, à la surprise générale se transforme en "triple menace". Le troisième entrant, n'est autre qu'un petit luchador (terme caractérisant les catcheurs mexicains), lui aussi issue du centre de formation de la fédération. Son baptême du feu se transforme en compte de fée. À la surprise générale, LuchaNord (de son nom de catcheur) surprend l'un de ses adversaires et rive ses épaules au sol. L'arbitre fait sonner la cloche. Une victoire à laquelle personne ne s'attendait et qui marque de la plus belle des manière le début d'un grand spectacle.

Si les deux premiers combats ne sont pas pour un titre, c'est bel et bien le cas pour les quatre derniers. Dépossédé de sa ceinture de Champion de France par Léon Vigoureux, le président de la CACC Kevin Valdez n'a pas le sourire aux lèvres. Malgré la frustration de la défaite, son show est une belle victoire. En réunissant trois des plus grands catcheurs français, le public douaisien a pu découvrir ce à quoi ressemble le haut niveau européen. En effet, la CACC reste une fédération familiale locale. Mais la dynamique impulsée par la nouvelle génération de lutteurs inspire Kevin Valdez à défier les plus grandes fédérations européennes dans les mois à venir.

UN RENOUVEAU FRANÇAIS QUI SÉDUIT TOUTE L'EUROPE

Dans les vestiaires, le titre poids-moyen de la CACC trône fièrement au dessus des affaires du belge Ultima Sombra. Une défense de titre menée avec panache et qui n'était pourtant pas jouée d'avance. Face à lui, deux des trois meilleurs français du moment sur le continent européen : le "Chasseur Royal" Aigle Blanc ; et le "Méchant" Joseph Fennec Jr (262e meilleur catcheur au classement mondial). Une mission presque impossible sur le papier, mais que "El Solo Cuerno" est parvenu à surmonter malgré un défi physique de taille.

Non loin de lui, Aigle Blanc peine à délasser son masque. Tout sourire, la défaite ne semble pas l'avoir affecté... et pour cause ! Si le titre n'est pas pour aujourd'hui, il sait qu'il aura une autre chance plus tard. Ceci dit, ce ne devrait pas être avant 2023, ce dernier ayant des engagements en Belgique, Allemagne, aux Pays-Bas ou encore en Hongrie jusqu'à la fin de l'année. À 24 ans seulement, Aigle Blanc est fier de pouvoir représenter la France et d'exporter le catch français au delà des frontières.

Prochain show le 12 novembre prochain, avant le plus grand événement de la saison pour la CACC : le Weekend of Wrestling de février. Pour marquer le coup, la tête d'affiche sera tout simplement le meilleur allemand du circuit : Axel Tischer, aussi connu sous le nom d'Alexander Wolf lors de son passage à la WWE entre 2015 et 2021.

Photo : Alex Rebstock