Nantes

by Euradio

En ce moment

Titre

Artiste

Emission en cours

Background

Peut-on concilier « Nous ne voulons pas la guerre » avec le précepte « Vivre, c’est être soldat » ? – La chronique philo d’Alain Anquetil

Écrit par sur 27 février 2022

Nous accueillons chaque semaine Alain Anquetil, professeur de philosophie morale à l’ESSCA Ecole de Management, pour une chronique de philosophie pratique.

Aujourd’hui, vous proposez de rapprocher le refus de la guerre en Ukraine, qui a été exprimé publiquement par les différentes parties, et le précepte : « Vivre, c’est être soldat ». 

Il s’agit d’une formule de Sénèque, philosophe stoïcien du 1er siècle, à l’attention de son ami Lucilius : « Eh bien ! Vivre, Lucilius, c’est être soldat ! » (1). On a l’impression qu’elle signifie : « Vouloir la guerre ». Si c’était le cas, elle serait en contradiction avec l’affirmation « Nous ne voulons pas la guerre » que l’on a entendue chez les Ukrainiens, les Russes – et les Occidentaux (2). 

Nous avons donc, d’un côté, une affirmation portant sur le réel, avec une visée collective : « Nous ne voulons pas la guerre » ; et, de l’autre, une formule métaphorique, un précepte moral dont la portée est individuelle : « Vivre, c’est être soldat ». 

Elles ne se situent pas sur le même plan…

Apparemment non. « Vivre, c’est être soldat » est une règle d’action stoïcienne qui nous permet d’affronter les épreuves de la vie. Dans l’article qu’il lui a consacré, Jean-François Riaux explique que ces épreuves proviennent aussi bien du destin que des « maladies de l’âme » (3). Il y a les ennemis extérieurs, les coups du sort, et les ennemis intérieurs : manque de discernement, faiblesse morale, intempérance, etc. 

Or, Sénèque affirme que, face à ces ennemis, « nous avons une guerre à soutenir, guerre qui ne tolère ni trêve ni relâche » (4). Il le dit avec un vocabulaire militaire qui fut employé dans le Livre de Job plusieurs siècles auparavant, où on lit : « N’est-ce pas un temps de service [au sens de service militaire] qu’accomplit l’homme sur terre ? » (5). Le christianisme aussi utilisera cette « imagerie militaire » afin que, selon les termes de Jean-François Riaux, « tout chrétien fasse de sa vie un combat sans relâche contre le mal ». 

Par conséquent la formule de Sénèque : « Vivre, c’est être soldat ! » ne signifie pas « Vouloir la guerre » en un sens militaire. Le combat est d’une autre nature : le sage stoïcien profite du malheur pour affermir sa vertu, le chrétien livre un « perpétuel combat spirituel » (6).

Mais alors comment peut-elle éclairer la crise ukrainienne ?

Elle le peut directement, car cette crise est une épreuve pour beaucoup de gens. 

Elle le peut aussi parce qu’elle renvoie à des réalités concrètes. Dans certains pays, l’armée est extrêmement valorisée. Isabelle Facon écrit qu’en Russie, « le pouvoir politique essaie de s’appuyer […] sur les valeurs militaires prises au sens large », et un mouvement, créé en 2016 au sein du ministère de la Défense, a pour but « l’éducation du patriote et du citoyen » (7). Vouloir être un soldat, pour être prêt à défendre sa patrie, peut alors constituer un idéal. On sait d’ailleurs que certains dirigeants se mettent en scène dans l’habit du « soldat commandant en chef ».

Et puis il y a une troisième raison : l’une des facettes de « Vivre, c’est être soldat » est « Penser comme un soldat ». Or, dans certains pays occidentaux, il est devenu difficile, sinon impossible, de penser de la sorte. François Heisbourg observait récemment que l’Europe vise à « la paix perpétuelle », ce mythe fondateur qui implique « la renonciation au recours à la force comme mode de règlement des disputes entre ses parties prenantes » (8). On comprend pourquoi, dans ce contexte, il est difficile pour beaucoup, y compris peut-être pour certains dirigeants politiques, de « penser comme un soldat ». Et ceci peut constituer un danger pour l’Europe.

(1) Sénèque, Lettres à Lucilius, Livre XVI, lettre 96, tr. H. Noblot, Les Belles Lettres, 1962.

(2) Selon Alexander Baunov, « l’objectif de l’Occident […] est d’éviter la guerre. Par conséquent la Russie peut exploiter les peurs occidentales de la guerre – sans réellement utiliser la force » (‘La Russie espère susciter la crainte d’une confrontation militaire en Europe’, une conversation avec Isabelle Facon », Le Grand Continent, 11 février 2022).

(3) J.-F. Riaux, « ‘Eh Bien ! Vivre, Lucilius, c’est être soldat’. Genèse et postérité d’une formule de Sénèque. Variantes et parallèles bibliques », L’enseignement philosophique, 61(3), 2011, p. 25-35.

(4) Sénèque, Lettres à Lucilius, Livre V, lettre 51, Robert Laffont, collection Bouquins, 1993 (cité par J.-F. Riaux, op. cit.)

(5) Job, VII.1, La Bible de Jérusalem, 13ème édition, Les Editions du Cerf, 1992.

(6) J.-F. Riaux, op. cit.

(7) « ’La Russie espère susciter la crainte d’une confrontation militaire en Europe’, une conversation avec Isabelle Facon », op. cit.

(8) François Heisbourg ajoute aussitôt : « Cependant, cet heureux résultat ne se serait pas produit si ne s’était aussi constituée, à la même époque, l’Alliance atlantique face au bloc soviétique. Pas d’Europe paisible sans alliance transatlantique efficace. » (« L’Europe entre paix et guerre », Le Grand Continent, 4 février 2022.)

Alain Anquetil au micro de Laurence Aubron

Toutes les chroniques philo d’Alain Anquetil sont disponibles ici


Les opinions du lecteur

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *