Nantes

by Euradio

En ce moment

Titre

Artiste

Emission en cours

Programme musical

22:00 24:00

Background

Les effets secondaires environnementaux de la guerre en Ukraine – La chronique philo d’Alain Anquetil

Écrit par sur 5 juin 2022

Nous accueillons chaque semaine Alain Anquetil, professeur de philosophie morale à l’ESSCA Ecole de Management, pour une chronique de philosophie pratique. Aujourd’hui, vous allez nous parler des conséquences environnementales de la guerre en Ukraine.

Il s’agit a priori d’effets secondaires, c’est-à-dire de conséquences imprévues et généralement désagréables qui s’ajoutent aux effets principaux d’une action (1). Ici l’adjectif « secondaire » n’a pas le sens d’« accessoire » ou de « mineur » : il signifie que les effets secondaires « dérivent d’autre chose », ce qui revient à dire qu’ils ne sont pas voulus et peut-être pas prévus par l’auteur de l’action.

Les effets « secondaires » peuvent-ils être aussi importants que les effets « principaux » ?

Oui. Une résolution du Parlement européen adoptée le 19 mai parle de « crimes environnementaux » et des « conséquences durables » de la guerre en Ukraine sur la nature (2). Celles-ci ont été recensées dans un article du New York Times où on lit que « l’environnement est la victime silencieuse des conflits » car, « même lorsque la destruction de l’environnement n’est pas voulue, la guerre peut causer des dommages considérables » – sachant que « les impacts environnementaux à long terme de la guerre sont [aussi et] davantage déterminés par les
bouleversements sociétaux » qu’elle provoque (3).

Quels sont les problèmes soulevés par les effets secondaires ?

D’abord, ils tendent à se situer au second plan de notre perception. Selon un observateur, « nous avons tendance à nous concentrer sur les conséquences directes » du conflit ukrainien (4). Pourtant, les effets secondaires peuvent être d’une grande importance, notamment lorsqu’ils proviennent de mécanismes dont les effets sont non voulus et non prévus par les individus, comme la main invisible d’Adam Smith, l’ordre spontané du marché de Friedrich Hayek ou le langage selon Karl Popper (5).

Pouvez-vous donner un exemple ?

Popper se demande comment un sentier d’animaux apparaît dans la jungle (6). « Il se peut », dit-il, « qu’un animal se fraie un passage à travers le sous-bois pour gagner un endroit où se désaltérer. D’autres animaux trouvent plus facile d’emprunter sa trace. C’est ainsi que la piste peut s’élargir et s’améliorer avec l’usage ». Popper conclut que cette piste « ne répond pas à un plan – elle est une conséquence non intentionnelle du besoin de se déplacer facilement et rapidement ».

Est-ce ce genre de mécanisme qui explique les effets de la guerre en Ukraine sur l’environnement ?

Non, c’est un autre type d’effets secondaires qui est à l’œuvre (7). Le cas du sentier d’animaux est celui où les effets ne sont ni voulus ni prévus. En revanche, les effets négatifs de la guerre en Ukraine sur l’environnement sont non voulus et prévus.

On peut contester la différence entre « vouloir » et « prévoir » un effet. Peut-on prévoir de causer des dégâts à la nature sans vouloir provoquer ces dégâts ? Et prévoir un effet sans le vouloir peut-il exonérer l’auteur de l’action de toute responsabilité morale ?

Cependant, notre intuition nous conduit à distinguer entre ces deux attitudes. Ruwen Ogien donne l’exemple du bombardement d’un bunker « où se cache l’état-major d’une armée cruelle qui mène une guerre injuste, et où des civils se trouvent aussi » (8). La mort des civils n’est pas voulue par les auteurs du bombardement, et leur mort n’est pas non plus un moyen permettant de réaliser l’effet voulu, à savoir l’élimination de l’état-major. Ici, prévoir seulement la mort des civils – sans la vouloir – semble rendre le bombardement du bunker moralement acceptable. Mais cette conclusion est discutable à la fois pour les raisons psychologiques que nous avons évoquées (peut-on vraiment distinguer entre « vouloir » et « prévoir » ?) et, bien sûr, pour des raisons morales. Nous aurons sans doute l’occasion d’en reparler.

(1) D’après la définition du Dictionnaire Collins.

(2) Résolution du Parlement européen du 19 mai 2022 sur les conséquences sociales et économiques de la guerre russe en Ukraine pour l’Union européenne – renforcer la capacité d’action de l’Union européenne.

(3) «  A ‘silent victim’: How nature becomes a casualty of war  », New York Times, 13 avril 2022. Le premier propos est de Doug Weir, directeur de la recherche de l’ONG britannique Conflict and Environment Observatory, le second de Kaitlyn Gaynor, une écologiste de l’université de Berkeley.


(4) Selon Doug Weir, op. cit.

(5) Sur ces mécanismes, voir Richard Vernon, « Unintended consequences », Political Theory, 7(1), 1979, p. 57-73.

(6) K. R. Popper, Objective knowledge. An evolutionary approach, Oxford University Press, 1972, tr. J.-J. Rosat, La connaissance objective. Une approche évolutionniste, Paris, Flammarion, Champs Essais, 2009.

(7) Il concerne les « actions organisées » qui ont été distinguées par le sociologue Robert Merton. Voir Frank de Zwart, « Unintended but not unanticipated consequences », Theory and Society, 44(3), 2015, p. 283- 297.

(8) R. Ogien, L’influence de l’odeur des croissants chauds sur la bonté humaine et autres questions de philosophie morale expérimentale, Paris,
Editions Grasset Fasquelle, 2011.

Alain Anquetil au micro de Cécile Dauguet

Toutes les chroniques philo d’Alain Anquetil sont disponibles ici


Les opinions du lecteur

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *