L’Europe c'est du sport

Le Sport au service de la Paix et du développement - L'Europe c'est du sport #24

Le Sport au service de la Paix et du développement - L'Europe c'est du sport #24

Chaque mardi sur euradio, le Think tank Sport et Citoyenneté propose un regard sur l’impact social du sport en Europe : handicap, gouvernance, égalité des genres, sédentarité, inclusion sociale … c’est aussi du sport !

Nous retrouvons Sophie Lopez du Think tank Sport et Citoyenneté, et  aujourd’hui Sophie vous souhaitez revenir sur une journée sportive un peu spéciale… 

Oui, le 6 avril nous célébrons la Journée internationale du sport pour le développement et la paix. 

C’est en 2013 que l’Assemblée générale des Nations Unies a proclamé que ce jour du / 6 avril / serait destinée à  célébrer la contribution du sport et de l’activité physique à l’éducation, au développement humain, à l’adoption de  modes de vie sains et à l’édification d’un monde pacifique. 

C’est une journée peu connue bien que très importante / pour nos sociétés… 

Cela peut-il paraitre surprenant d’associer la Paix le Développement et le Sport ?  

Eh bien malheureusement la paix n’est pas forcément la première chose à laquelle on pense lorsqu’on pense au  sport, notamment dans le contexte de grandes compétitions ou de matchs internationaux.  

Imaginez-vous par exemple le début d’un match international de rugby ou de football : nous avons deux équipes  qui se tiennent côte à côte, portant des maillots avec l’écusson de leur pays, un peu comme des soldats, chantant  leurs hymnes nationaux respectifs, des hymnes qui font d’ailleurs souvent référence à des affrontements guerriers  ….bref le scénario que je vous dépeins ici ne fait pas vraiment penser à la paix.  

D’ailleurs dans l’histoire, le football a même contribué à déclencher une guerre en 1969 lorsque dans un climat de  tensions diplomatiques, le Honduras a perdu son match de qualification pour la coupe du monde contre le  Salvador ; quelques jours après les deux pays sont entrés en guerre… 

Mais alors Sophie, de quoi parlons-nous quand nous disons « Sport, Paix  et Développement » ?  

Eh bien justement, faire le lien entre le Sport, la Paix et le Développement, c’est dépasser ces images négatives que peut évoquer le sport, car le sport à d’autres potentiels, et un impact social positif fort.  

Par son universalité, le sport joue depuis toujours un rôle important dans toutes les sociétés. 

Utiliser le sport pour encourager le développement et la paix a été l'une des principales missions du Comité National  Olympique depuis sa création. Pierre de Coubertin avait été très explicite sur le sujet : pour lui, l'Olympisme devait  être un forum pour promouvoir l'harmonie entre les individus et les pays 

Alors, le sport peut être un outil pour promouvoir la culture de paix : autrement dit, pour promouvoir le vivre  ensemble, la coopération, la tolérance, la solidarité, la résolution pacifique des conflits… Enfin bref, tout ce qui  nous permet de construire une société harmonieuse et pacifique.

Ce sont de bien grands mots, comment cela peut-il s’observer dans la vie  de tous les jours ?  

Oui effectivement, tout ce qui touche à la paix, au développement… nous évoque des images parfois abstraites.  Surtout que ce sont des notions qui ont leur part de subjectivité. 

Une chose est sure : la tolérance, la solidarité et tout ce que je viens de mentionner, sont des valeurs qui se  construisent au quotidien, et le sport a son rôle à jouer. 

Le sport au service de la paix et du développement est devenu un champ d’étude à part entière.  

Sur le terrain il existe une myriade d’initiatives. Chez Sport et Citoyenneté, nous collaborons avec la plateforme  internationale sur le sport et le développement. SportandDev, comme nous l’appelons couramment, considère que  le sport est un outil essentiel au développement international et plaide pour que son efficacité soit renforcée par la  coopération entre différent acteurs. La plateforme met en avant différents projets qui mettent en œuvre le lien entre  le sport le développement, et la paix. 

Sophie Lopez au micro de Cécile Dauguet