EuropaNova

Ukraine : Vers la fin de la guerre ? - EuropaNova

 Ukraine : Vers la fin de la guerre ? - EuropaNova

Depuis ses débuts en 2003, EuropaNova nourrit le débat d'idées et accompagne les grandes échéances européennes : élections européennes de 2004 et 2009, débat sur le projet de Constitution de 2005, Conseils européennes, grandes échéances électorales nationales, présidences successives du Conseil, traité de Lisbonne ainsi que les multiples crises que nous connaissons.

La raison d’être d’EuropaNova est ainsi de rapprocher citoyens et institutions, tout en fournissant des analyses sérieuses aux grands enjeux qui se posent aujourd'hui à l'Union européenne.

Pour revenir sur l’actualité européenne de la semaine, malgré le discours de Poutine de la semaine dernière, l’effort militaire de Zelensky semblerait provoquer des problèmes pour le Kremlin...

En effet, Poutine, qui la semaine dernière avait annoncé l’annexion complète de plusieurs régions ukrainiennes, dont Kherson, se retrouve soudainement en difficulté face à la contre attaque des forces Ukrainiennes qui ont réussi à faire retrancher l’armée Russe.

Compte tenu de l'évolution de cette guerre, on parle de plus en plus de sa fin. Certains affirment que la fin de la guerre passera par la fin de Poutine. D’autres qu'une frappe nucléaire sur l'Ukraine est à l'horizon. Comment interprétez-vous la situation actuelle ?

Nous devons reconnaître qu'historiquement, une puissance nucléaire qui perd une guerre ne signifie pas automatiquement qu'il y aura une frappe nucléaire - il suffit de penser aux conflits des États-Unis avec le Vietnam et l'Afghanistan pour le voir.

Mais il faut souligner que d’un point vue stratégique, une frappe nucléaire ne serait pas bénéfique pour Poutine. Elle risquerait d'irradier ses propres forces, qui sont déjà en difficulté, tout en ayant un impact mineur sur l'armée ukrainienne étant donné leurs stratégies d'infanterie décentralisée. Et plus important encore, une frappe nucléaire assurerait très probablement la perte des alliés de la Russie sur la scène mondiale, ce que Poutine ne peut se permettre.

Pensez-vous que la guerre en Ukraine pourrait trouver sa fin en raison de luttes politiques internes en Russie ?

Absolument. La stratégie intérieure de Poutine s'est basée sur une forte propagande qui dépeint le succès de la Russie sur la scène mondiale, détournant ainsi l'attention des problèmes potentiels auxquels la Russie peut être confrontée en interne.

Cependant, la mobilisation militaire qu'il a annoncée a brisé la barrière entre le succès propagandiste et la réalité en Russie étant donné que le peuple russe est confronté, de plein fouet, au fait que l’invasion Russe ne se déroule pas comme prévu.

Cela ne reste qu'une hypothèse potentielle, mais avec des forces militaires qui perdent sur le champ de bataille et des citoyens russes qui comprennent que l'invasion était une erreur, Poutine pourrait être amené à retirer ses troupes pour donner la priorité à la défense de sa propre position à Moscou.

Côté état de droit, le Royaume-Uni a annoncé qu'il prenait ses distances avec le RGPD. Le nouveau gouvernement britannique va mettre en place son propre système de protection des données.

En effet, Michelle Donelan, secrétaire d'État britannique au numérique a annoncé que le Royaume-Uni allait développer son propre système de protection des données, affirmant que le RGPD européen est trop administratif et qu’il nuisait à l'économie britannique.

Est-ce le seul domaine dans lequel le parti britannique conservateur est en conflit avec le cadre juridique européen ?

La ministre de l'Intérieur Suella Braverman a annoncé que le Royaume-Uni cessera d'accepter les demandes d'asiles aux migrants qui traversent la Manche, déclarant que ces migrants ne contribuent pas à l'économie britannique et devront être renvoyés dans leur pays d'origine ou envoyés au Rwanda que le Royaume-Uni utilise comme pays cible pour les expulsions de migrants.

Pour finir, le Parlement européen a adopté mardi 4 octobre la loi sur le chargeur universel pour tous les smartphones, tablettes et autres appareils électroniques nomades...

Tout à fait, la procédure d’adoption de la directive sur le chargeur universel a été finalisée et entrera en vigueur en 2024.

Que signifie l'adoption de cette loi pour nous en tant qu'utilisateurs et, bien sûr, pour l'environnement ?

L’objectif est double. Sur le plan écologique, l’Union européenne (UE) veut offrir aux chargeurs une vie plus longue qu’aux appareils qu’ils équipent. Les constructeurs auront d’ailleurs l’obligation de proposer les appareils neufs dans une version dépourvue de chargeur. Et, l’UE souhaite également simplifier la vie des consommateurs en leur évitant de jongler entre les différents chargeurs - à partir de l’automne 2024, l’utilisation des chargeurs USB-C sera imposée pour tous les appareils électroniques.

À la semaine prochaine !

Cher·es auditeur·ices n’hésitez pas à vous rendre sur le site internet d’EuropaNova pour approfondir les sujets abordés cette semaine dans notre newsletter : Europe Info Hebdo.

Chronique réalisée par Cécile Dauguet.

Version anglaise juste ici !