Nantes

by Euradio

En ce moment

Titre

Artiste

Emission en cours

Background

Danai Nielsen – Artiste européenne de la semaine

Écrit par sur 16 novembre 2021

Cette semaine, nous nous intéressons à l’artiste greco-danoise Danai Nielsen. Basée à Athènes, Danai est une compositrice et chanteuse de pop en solo depuis 2019, mais active depuis 2004, en tant que membre principal du groupe de rock alternatif grec Rosebleed, qui a d’ailleurs partagé la scène avec des grands noms de la musique comme Hooverphonic, ou les Cranberries… 

Chapitre 1 : Who Are They ?

Le 22 octobre 2021, Danai Nielsen a sorti son 1er album, “Who Are They” , au style électro-pop rêveur qui lui a été inspiré par la ville d’Athènes. Fascinée par la vie dans cette ville où plusieurs cultures et langues se mêlent, elle a composé à partir de sa beauté et de sa complexité, dans un premier album qui nous invite à apprendre à la connaître… On écoute sa voix rêveuse dans Unbelievable : https://www.youtube.com/watch?v=oIVvNBdFAj0

Danai Nielsen dit que ce 1er album, s’adresse à tous ceux qui tentent de se redéfinir, et d’évoluer, comme cela a été son cas à certaines périodes sombres de sa vie. Qui sont-ils ?  Tous ceux qui explorent et cherchent à trouver, ceux qui tombent et se relèvent, tous ceux qui rêvent et qui agissent, se demande Danai. Dansant, atmosphérique, personnel, fait maison et nostalgique… sont autant d’adjectifs que Danai Nielsen emploie pour décrire son album “Who Are They”. 

On termine l’introduction de Danai et de son 1er album, avec le morceau Deep Corridors : https://www.youtube.com/watch?v=6dlfmDuN2Dw

Chapitre 2 : La petite sirène

Danai Nielsen, est d’origine grecque et danoise. C’est en partie la moitié danoise de ses origines qui a inspiré son morceau Mermaid, sorti en 2020. En effet, dans le morceau, Danai fait référence à la statue de bronze de petite sirène située à Copenhague, ville d’où est originaire son père. 

Danai choisi la sirène, symbole féminin mythique, pour évoquer le sentiment d’être dans un environnement auquel on n’appartient pas. Dans Mermaid, la sirène de Danai Nielsen est symbolisée hors de l’eau, donc hors de son environnement naturel. A cause de cela, elle a complètement perdu son centre de gravité, et donc son pouvoir. Ce sentiment, Danai l’a elle-même connu de près quand elle s’est expatriée en Allemagne et ne se sentait pas appartenir au pays. 

Enfin, Danai Nielsen a aussi choisi ce symbole féminin car sa chanson est un appel à l’autonomisation des femmes, un appel à la libération des relations toxiques, qu’elles soient amicales, amoureuses ou familiales,  https://www.youtube.com/watch?v=TJWeyYY6wCk

Chapitre 3 : Les citrons du pays

La musique a toujours fait partie de la vie de Danai. Son père la berçait souvent à la guitare, en chantant, et elle a elle-même commencé le conservatoire à l’âge de 5 ans.  Néanmoins, la musique traditionnelle grecque était très peu jouée ni écoutée chez elle, mis à part lors des fêtes de familles. Ce n’est donc que très récemment que la chanteuse s’est connectée à ses racines musicales… 

Habitant en Allemagne depuis quelques années, où elle était partie chercher fortune comme beaucoup d’autres jeunes qui ont quitté la Grèce, Danai se sentait déconnectée de la culture allemande, et ne parlait d’ailleurs aucun mots d’allemands. Le mal du pays l’a peu a peu gagnée, notamment au moment du 1er noël qu’elle a passé seule loin de sa famille. Les femmes de sa famille l’ont appelée, et lui ont chanté la chanson traditionnelle grecque Kontoula Lemonia. A partir de ce moment-là, Danai s’est mise à explorer la musique traditionnelle grecque pour se rapprocher de son pays qui lui manquait. 

Spontanément, sa musique s’est empruntée des traditions grecques qu’elle découvrait… Et en 2020, Danai Nielsen a sorti une adaptation inattendue de Kontoula Lemonia, revisitée avec des sonorités électro et reggae.

Autre détail : elle chante cette reprise avec un accent étranger. Et ce n’est pas parce qu’elle a un tel accent, puisqu’elle parle couramment le grec, mais, parce qu’elle a voulu transmettre en chanson son sentiment d’être étrangère en Allemagne.  https://www.youtube.com/watch?v=RnlUAHxqagU

La version originale de Kontoula Lemonia par le chanteur grec Antonis Kyritsis : https://www.youtube.com/watch?v=KOEMhz5iDEQ

Chapitre 4 : Des déguisements et des instruments

Au-delà d’être musicienne, Danai Nielsen est aussi une performeuse artistique. Sur scène, sa performance musicale se mêle à sa présence scénique dans un combo unique presque futuriste. C’est avant tout sur les costumes que Danai se concentre pour ses performances, costumes qu’elle crée elle-même à partir de papier, et qui sont faits de couleurs, de textures et de formes qui la représente et dans lesquelles elle se sent à l’aise. En s’octroyant la liberté de se transformer sur scène, Danai se donne une certaine assurance.  

Voici son morceau Hide Away, qui provient de l’album Who Are They, sorti le 22 octobre 2021 :  https://www.youtube.com/watch?v=5Oc17OFI-UA

En ce qui concerne le processus de création de sa musique, Danai Nielsen ne se restreint à aucun sujet particulier. Ce qui lui importe le plus est la spontanéité et la liberté d’exprimer exactement ce qu’elle ressent. Elle s’inspire de tout ce qui se passe en elle et autour d’elle : cela comprend les rêves, les conversations, les artistes qu’elle côtoie et écoute, les relations, les peines de cœur, les documentaires, mais aussi la nature : la mer, les arbres… 

Lorsqu’elle écrit sa musique, la voix est presque toujours l’élément principal de sa création. Ses idées partent quelquefois des sonorités qu’elle entend (la marche, les cigales…), ou d’instruments sur lesquels elle s’essaie : parfois l’orgue, d’autres fois le clavier ou encore le piano. 

Chapitre 5 : Dans les oreilles et la tête

Pour conclure la semaine, ce dernier chapitre est l’occasion d’entrer dans la tête de Danai Nielsen, par la porte de ses oreilles… Nous en saurons plus sur sa sensibilité musicale grâce aux pensées qu’elle a livré en interview au média grec Lifo.

Le 8 mars dernier, à l’occasion de la journée internationale des droits des femmes, 20 femmes, dont Danai Nielsen, ont présenté à Euradio 5 morceaux de leur choix.

L’un des morceaux fétiches de Danai Nielsen est Running Up That Hill, de Kate Bush. https://www.youtube.com/watch?v=wp43OdtAAkM

Pour Danai Nielsen, Running Up That Hill de Kate Bush est un chef-d’œuvre musical. Elle est constamment inspirée par le mélange unique d’énergie et de magie que transmet Kate Bush dans le morceau. Une impression qui fait écho à ce qu’exprime Danai sur sa propre musique et ses performances : en l’écoutant ou la voyant, elle souhaite que l’auditeur se connecte à quelque chose de profond et de personnel. A des sentiments évités, oubliés… dans ses mots “des sentiments magiques” : ceux qu’elle ressent en écoutant Kate Bush. 

Dans une interview avec le média grec Lifo, Danai Nielsen explique l’importance qu’a jouée la musique dans son développement personnel. Plus jeune, la communication verbale n’était pas son fort, et la musique a été pour elle un moyen de communication plus simple et plus honnête. “Vous n’avez pas besoin de dire grand-chose, vous n’avez même pas besoin de parler la même langue, quelques notes suffisent pour que l’autre personne comprenne ce que vous ressentez” dit-elle en interview. Elle dit : “En écoutant quelque chose, vous pouvez immédiatement ressentir de l’excitation, du calme, de la nostalgie, de la tristesse, de l’agitation, de l’énergie, voire même de la somnolence…”

Rendez-vous la semaine prochaine pour vous présenter un·e nouvel·le artiste européen·ne émergent·e…

Pour écouter l’ensemble des chapitres de la semaine :

Suzanne Gerles


Les opinions du lecteur

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *