Nantes

by Euradio

En ce moment

Titre

Artiste

Emission en cours

Programme musical

00:00 06:30

Background

Maria Arnal i Marcel Bagés – Artiste européen·ne de la semaine

Écrit par sur 22 novembre 2021

Cette semaine, départ en Espagne aux côtés du duo barcelonais Maria Arnal i Marcel Bagés. Un duo qui rend hommage aux sonorités traditionnelles des chants espagnols en les modernisant. Et qui ont deux albums et un EP à leur actif depuis leurs débuts en 2017. Maria chante et écrit les paroles, et Marcel l’accompagne avec ses instruments. 

Chapitre 1 : Clamor

Nous démarrons la semaine avec Clamor, le deuxième album de Maria Arnal i Marcel Bagés, sorti le 5 mars 2021 sous l’égide du label Fina Estampa. Un second album décrit comme la combinaison parfaite entre chant traditionnel espagnol et pop moderne. Le morceau introductif de cette semaine est le très électro Fiera de Mi 

Dans l’album Clamor, Maria Arnal i Marcel Bagés revisitent les paroles habituellement très lyriques des chants catalans classiques pour traiter de sujets plus politiques, voire philosophiques. En écrivant le morceau Fiera de mi, leur intention, ils le disent eux-mêmes, était assez moraliste. Elle était de traiter de la destruction du monde à cause des actions humaines, et surtout, de poser certaines questions, auxquelles ils n’ont eux-mêmes pas les réponses. “Quien quiere nacer humana ?”, “qui veut naître humain ?” demande cyniquement Maria Arnal dans le morceau. En chanson, Maria et Marcel nous invitent à imaginer d’autres façons d’exister. 

On continue notre introduction de Clamor, avec le morceau Jaque, morceau en collaboration avec Kronos Quartet, quatuor à cordes habitué des Bandes Originales de films, et qui ont joué -entre autres- celle de Dracula, de Heat et de Requiem for A Dream. 

Chapitre 2 : 45 cerveaux et un cœur 

Nous nous intéressons au 1er album de Maria Arnal i Marcel Bagés, 45 cerebros y 1 corazón, un album qui aurait fait convulser la scène musicale espagnole à sa sortie en 2017 d’après le média “Atomica Redaccion”.

Ce titre d’album particulier, “45 cerebros y 1 corazon” vient de la découverte, en 2016, de 45 cerveaux et d’1 cœur conservés comme des momies, à l’endroit d’une ancienne fosse commune creusée pour enterrer les morts de la Guerre Civile qui a eu lieu sous le régime de Franco. En créant 45 cerebros y 1 corazon, Maria et Marcel ont souhaité mettre en lumière le tabou de ce conflit qui a douloureusement traversé de nombreuses générations d’espagnols.

https://www.youtube.com/watch?v=ZLMLVU2OgTw

Au delà de sa dimension politique, ce 1er album n’est pas sorti de nulle part. Deux ans avant la création de 45 cerebros y 1 corazón, Maria et Marcel chantaient déjà une partie des chansons qui ont fait leur place sur l’album. D’autres, ont été créées au fur et à mesure. Cela résulte en un album très enraciné dans les chants populaires espagnols, où la guitare acoustique détient une place maîtresse. 

Chapitre 3 : Renaissance 

Retour sur Clamor, le récent album du duo, sorti en mars 2021. Quelles réflexions ont amenées la genèse de ce projet musical ? Et comment a-t-il été réalisé ? C’est ce que nous allons voir, au son de leur morceau Tras de ti… 

https://www.youtube.com/watch?v=kYj_woBmj1Y

Pour créer Clamor, Maria et Marcel ont investi dans des boîtes à rythmes et des synthétiseurs. Cela donne une pop expérimentale et électronique, aux paroles très traditionnelles qui ont des airs de ballades et des rimes très définies. Le son transforme les guitares en une atmosphère qui accompagne les messages que Maria et Marcel tentent de faire passer. 

La création de Clamor vient d’une question que s’est posée Maria Arnal à la suite d’une rupture amoureuse : combien de fois recommence-t-on de zéro dans la vie ? 

Puis, c’est en voyant le titre d’une exposition intitulée “Après la fin du monde” que son intuition s’est concrétisée : un jour le monde va se terminer.  Maria Arnal et Marcel Bagés ont voulu imaginer de nouvelles façons de voir l’apocalypse, en résonance avec la crise climatique que nous vivons actuellement. Ils cherchent à transmettre de nouvelles métaphores, et à donner de l’espoir face à des discours qui génèrent habituellement peur et angoisse. 

Le titre de l’album, Clamor, fait d’ailleurs écho à la clameur de l’humanité, que jusqu’à présent, nous n’avions pas appris à écouter. A la fin, nous découvrons que ‘clamor’ est une composition de cloches sonnant la mort. Et pour Maria et Marcel, la mort peut aussi être une renaissance.

Chapitre 4 : Hommage au patrimoine

La seule prétention de Maria Arnal i Marcel Bagés, est, ils le disent eux-même, de raconter ce qui se passe de nos jours à partir d’une pensée critique.

On continue la découverte du duo barcelonais, en écoutant le morceau Tu saphttps://www.youtube.com/watch?v=DKOIKNY5veQ

45 cerebros y 1 corazon, est un album ancré dans le besoin de mémoire de la Guerre Civile qui a eu lieu sous le régime de Franco. Musicalement, Maria Arnal et Marcel Bagés s’approprient le folklore traditionnel et populaire espagnol, tout en préservant son essence. Le chant en catalan de Maria est accompagné par la guitare acoustique de Marcel. 

En Espagne, les retours ont été unanimes face à “45 cerebros y 1 corazon”. Grâce à ce 1er album, Maria et Marcel se sont imposés comme des références en matière de musique. Ils ont notamment reçu le Prix Ciutat de Barcelona pour leur -selon le jury- “revitalisation du patrimoine oral qui se distingue à la fois par sa dimension sociale et éthique et par sa haute qualité musicale”. Maria explique en interview sa surprise de voir que le projet a fait écho à différentes générations, tant dans les messages qu’il transmet que dans son esthétique.

Chapitre 5 : Un duo élargit 

La semaine consacrée à Maria Arnal i Marcel Bagés touche à sa fin. Nous terminons notre escapade barcelonaise au son de leur dernier album, Clamor. On écoute le morceau Cant de la sibil-la, la seule chanson traditionnelle de l’album. 

Pour cet album, la vision musicale de Maria et Marcel était celle d’une sibila, le chant de la sibylle, un chant religieux qui donne aux humains l’annonce de la fin des temps. Maria et Marcel ont collaboré avec la compositrice d’électro américaine Holly Herndon. En interview, le duo espagnol partagent l’expérience qu’à été cette collaboration : une collaboration assez atypique, qui les a amenés à se rendre dans la campagne catalane pour trouver un troupeau de chèvres… Ils ont passé deux jours à chanter au milieu des bruits de cloches, comme on a pu l’entendre au début du morceau… 

Cant de la sibil-la est un morceau aux sonorités religieuses, à l’image des chants de la sibylle traditionnels. Mais c’est une version dans laquelle Maria Arnal et Marcel Bagés ont supprimé l’aspect catholique et moraliste des paroles. 

Ils ont justement beaucoup expérimenté pendant leur escapade au milieu des chèvres : ils chantent à travers la forêt, le micro sur les pieds de Maria pour enregistrer ses pas dans la boue / ils chantent au milieu d’une rivière, où la pression de l’eau était si forte que la voix était à peine audible… ils chantent au milieu des chèvres et des bruits de cloches…

C’est au son des expérimentations musicales du duo catalan Maria Arnal i Marcel Bagés, que s’achève notre semaine qui leur était consacrée. Un duo engagé et philosophe, qui innove en modernisant les chants traditionnels espagnols, qui s’enrichit par la collaboration avec d’autres musiciens, et qui fait place, la semaine prochaine, à un autre artiste européen émergent.

Pour écouter l’ensemble des chapitres de la semaine :

Rendez-vous la semaine prochaine pour vous présenter un·e nouvel·le artiste européen·ne émergent·e…

Suzanne Gerles


Les opinions du lecteur

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *