Euradio

A Nantes

Current track

Title

Artist

Current show

ARTE RADIO

13:00 14:00

Current show

ARTE RADIO

13:00 14:00

Background

Interdiction de circulation: L’affaire Diesel, toujours à l’actualité

Written by on 5 novembre 2018

Quand on parle de la pollution des rues en Allemagne, on se heurte toujours à l’affaire Diesel. 70% de la pollution par CO2 sont fabriqués par les voitures de ce producteur automobile. Comme d’ailleurs Volkswagen en 2015, Diesel aussi a tenté de masquer à l’aide de dites dispositifs que certaines voitures dépassaient de loin les limites octroyés par la Commission européenne. Début octobre, le gouvernement allemand a négocié avec le producteur que les conducteurs des voitures touchés allaient recevoir soit un nouveau édulcorant soit la mise à jour de tout matériel. Mais l’accord cible que les conducteurs dans les 14 villes allemands les plus polluées. Suit que plusieurs villes allemandes continuent à dépasser les limites européennes.

Encore en Octobre, l’ONG “aide allemande sur l’environnement” a porté plainte contre la ville de Berlin, ce qui l’a contraint à introduire des interdictions de circulation pour les voitures trop polluantes, ne touchant cependant que les rues les plus polluées. Le résultat? Les conducteurs ne vont que faire un détour, sans que les émissions soient vraiment diminuées. Dans l’Allemagne entière, seulement à Francfort et Stuttgart aucun Diesel ne sera plus autorisé dans toute la ville. Maintenant, l’ »aide allemande sur l’environnement » vient de porter plainte contre 14 villes dans la Rhénanie-du-Nord-Westphalie, ou on attend le jugement des tribunaux administratifs respectifs dans les prochaines semaines, commençant par Cologne jeudi prochain.

Mais est-ce qu’il n’existent pas d’autres mesures?

Dans la plupart des cas, on ne connaît pas d’autre solution que les interdictions de circulation ou des limites de vitesse. Ferdinand Dudenhöffer, professeur pour « automotive economics » à l’Université Duisburg-Essen, proclame une alternative: l’intégration des catalysateurs SCR dans les voitures, pour 2 à 3 mille euros, par pièce. Selon lui, on aurait pu commencer à s’y mettre il y a trois ans:

 

 

Il aborde là la loi fédérale pour la protection contre les émissions qu’Angela Merkel veut amender: les véhicules qui dépassent « légèrement » la limite de 40 microgrammes par mètre cubique ne seront pas contraintes à adhérer aux interdictions imposés. Mais, pour chaque processus juridique, cela sera la question: Qu’est-ce qui passe pour « légèrement »?

Et n’y a t-il pas du mouvement à l’échelle européenne dans cette question?

En fait, déjà depuis 2010 la Commission Européenne tape sur les doigts du gouvernement allemand pour ne pas faire respecter les standards environnementaux dans les zones urbaines, mais seulement en forme d’avertissements. Et les interdictions dont nous parlons aujourd’hui, ils ont seulement vu le jour parce que quelqu’un a porté plainte contre les villes. Ferdinand Dudenhöffer attend cependant encore la prise d’action de la part de la Commission, qui selon lui, va à long terme porter plainte avant la Cour de justice européenne.

 

C’est à voir si à long terme il y aura une harmonisation européenne ou non de la législation dans ce champs.

Tagged as

Reader's opinions

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *