Nantes

Euradio

Morceau en cours

Titre

Artiste

Current show

Current show

Background

ODEZENNE (FRANCE)

Written by on 7 janvier 2019

L’album européen de la semaine, c’est «AU BACCARA» de ODEZENNE (FRANCE). Gagnez cet album en écrivant à musique(at)euradio.fr

ABOUT THE ALBUM :

Interview with Jaco from ODEZENNE :

 

Odezenne revient avec « Au Baccara », nouvelle pièce d’un puzzle qui s’assemble disque après disque depuis dix ans. Le premier single « Nucléaire » dévoilé il y a deux mois cumule déjà un million de streams.

Après « Dolziger St. 2 » en 2015, et le succès de ses tournées « à la demande », le groupe continue à développer son univers. Édouard Nardon toujours aux manettes de la direction artistique et Bertrand Fresel au mixage, Odezenne a mis sa spontanéité à l’épreuve d’un travail de studio au long cours, notamment au mythique studio Konk à Londres, où le groupe a décidé de tourner son disque sur bande, un télescopage des époques qui scelle le son de l’album.

Les formules impressionnistes côtoient des aphorismes doux-amers, des nappes mélancoliques se mêlent aux beats puissants et fins à la fois — et tout concourt élégamment à créer un nouvel LP où il fait bon se perdre. Si Odezenne évolue, c’est pour mieux faire l’amour aux paradoxes, et tout remettre en jeu, vivre « Au Baccara », c’est désormais la formule. Au fil des tracks, Odezenne affirme que perdre n’est qu’une vue de l’esprit, l’important c’est d’avancer et de prendre du plaisir en chemin.

Onze titres composent ce nouvel album et impose une fois de plus son propre style. Wikipédia les étiquette « musique alternative », et c’est vrai qu’Odezenne exploite avec joie le triangle des Bermudes de la chanson contemporaine, entre la verve du quotidien, l’émotion ciselée des paroliers et les rythmes dansants de notre époque électronique. Artisans sereins de cet éclectisme, Odezenne continue son aventure créative sans complexe.

Alix et Mattia se rencontrent pour la première fois dans le collège où ils étudient, et forment « O2 Zen », nom qu’ils empruntent de manière détournée à celui de leur proviseure qui les terrorisait à l’époque. Influencé par le rock de Jimi Hendrix, le duo ne dure qu’un temps, et ils repartent poursuivre leurs études chacun de leur côté. Le déclic a lieu quelques années plus tard, en 2004, alors que leurs chemins se recroisent de nouveau. Alix s’est depuis initié au rap et envisage un projet sérieux dans la musique. Rejoints par Jacques à la voix puis Dj Lodjeez, la bande change pour « Odezenne » et commencent à composer. Le premier concert a lieu en 2007.

En octobre 2013, le groupe sort un EP live enregistré pour leur centième concert, aux Vivres de l’art à Bordeaux et annonce un départ à Berlin. Le 21 avril 2014 le groupe sort Rien, titre éponyme extrait de l’EP enregistré durant ce fameux périple à Berlin, et qui sortira le 26 mai 2014. Il s’agit de la première sortie de nouveaux morceaux depuis la réédition de leur album Ovni en 2012. Le clip Je veux te baiser, réalisé par Romain Winkler, fait parler de lui sur les réseaux sociaux suite à la teneur des paroles. Lors d’une interview donnée au magazine Crumb en mai 2014, Alix révèle que Dj Lodjeez est devenu père juste avant le voyage à Berlin, d’où son absence de participation à l’EP en question ainsi qu’à la tournée qui suivit. Son rôle au sein du groupe est donc partiellement mis en sursis.

Ils se sont produits à l’Olympia de Paris le 10 mars 2015, asseyant leur notoriété de manière affirmée. « Pour nous, c’est un peu un pari de se dire “bah voilà de manière indépendante on en est arrivés là », explique Alix au magazine Konbini en juin 2014, « parce qu’on sait que c’est une case importante dans le jeu de société des mecs qui font de la musique ».

Plusieurs extraits de film dans leurs rap, comme par exemple Seul Contre Tous de Gaspar Noé dans les titres Dis Moi, Tic Tac, Danse Des Morts et Destins Croisés ou La Jetée de Chris Marker dans Tic Tac.

En 2014, ils prônaient l’hédonisme triste avec Rien, leur dernier EP en date et son single qui avançait en crabe, “Je veux te baiser”. En 2015, Dolziger Str.2 sous le bras, Odezenne creuse le sillon d’un western urbain, âpre plus que résolument cynique et – faussement – revenu de tout. Sur des nappes synthétiques, au gré d’une électro stroboscopique ou ascétique, Jacques, Alix et Mattia cultivent le spleen sous influence et le double sens vertigineux. Le trio dévide ses humeurs comme sur l’asphalte : chez Odezenne, on roule beaucoup. Entre road movie et space opera qui tourne au bad trip (“Satana”), sur la ballade faussée qu’est “Cabriolet”, ou le temps d’un “Souffle le vent” qui flirte avec une italo disco sous codéine… Rimes abruptes, syncopes rythmiques, désaveu : en exploitant la palpitation des clubs à moitié vides et un hyperréalisme nocturne, Odezenne convoque dans un même élan variét’ désenchantée et surréalisme locace – cf. “Bouche à Lèvres”, nouveau tiré à part de leur musique en français. Paradoxal, vénéneux, Dolziger Str.2 prend l’auditeur à contresens et joue les révélateurs en creux de l’époque, comme si Houellebecq s’était mis à l’orgue Bontempi. Eh bien, dansez maintenant.

THE VIDEO

MORE INFOS :

https://www.odezenne.com/

https://www.facebook.com/odezenne/


Reader's opinions

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *