Nantes

Euradio

Current track

Title

Artist

Current show

Current show

Background

La revue de presse du 21 mars 2019 – Une démission décorative pour le président du Kazakhstan ?

Written by on 21 mars 2019

Le président historique du Kazakhstan démissionne.

Après près de 30 ans passés à la tête de l’ex-République soviétique, le président du Kazakhstan, Noursoultan Nazarbaïev quitte le devant de la scène. C’est le président du Parlement, Kassym-Jomart Tokaïev, qui assurera l’intérim jusqu’aux élections, en 2020. Peut-on espérer un renouveau politique ?

Les coteries corrompues ont la peau dure

Neue Zürcher Zeitung, le quotidien suisse, doute que le départ de Nazarbaïev ne change grand-chose :

« La cession du poste de président à un chef d’Etat expérimenté, l’ex-Premier ministre, ministre des Affaires étrangères et président du Parlement Kassym-Jomart Tokaïev (65 ans), est une garantie de continuité. Nazarbaïev restera par ailleurs au Conseil de sécurité et de par son statut officiel ainsi que garanti à vie ‘père de la nation,’ il préservera un droit de veto sur toutes les questions importantes. Il est difficile de dire si ce schéma peut constituer une issue viable au dilemme pour l’état kazakh. Le péril d’un enkystement du régime et d’une perpétuation interminable de la corruption reste présent. »

Un changement purement décoratif d’après l’analyse du polonais “Polityka.” L’hebdomadaire ne fait pas non plus grand cas de la démission de Nazarbaïev :

« Nazarbaïev a désigné Kassym-Jomart Tokaïev, son collaborateur et fidèle de longue date, comme son successeur. … Le président sortant a déclaré qu’il était le mieux placé pour diriger le pays. En plus, il n’a pas oublié de préciser qu’il resterait ‘à proximité’ en tant que membre du Conseil de sécurité mais aussi en restant chef de file du parti. En citant l’avis des experts, Polityka déclare que pas grand-chose ne changera au Kazakhstan. L’hebdomadaire libéral dénonce un complot : La nomination de Tokaïev au poste de président n’est qu’une façade. Nazarbaïev a récemment délégué certaines compétences du président au Parlement. D’où l’hypothèse qu’il entend continuer à régner, sur le modèle de Deng Xiaoping, l’ex-leader de la République populaire de Chine. Celui-ci, nous vous le rappelons, tirait les ficelles en coulisses alors que, officiellement, il n’était que président de la fédération nationale des sports. »

Une conduite irréprochable envers les Russes

Radio Kommersant FM salue l’action de Nazarbaïev, notamment vis-à-vis de la minorité russe du pays :

« Nazarbaïev a toujours reçu le ‘soutien’ de jeunes patriotes nationalistes aux idées parfois saugrenues. Des revendications tout à fait irresponsables étaient faites, comme le rejet de la langue russe et la lutte contre l’influence jugée trop importante de la Russie. Il faut reconnaître à Nazarbaïev le mérite d’avoir toujours su s’opposer à ces lubies. En matière de relations interethniques, le Kazakhstan fait figure de modèle au sein de l’espace postsoviétique. … Mais Radio Kommersant reconnaît que le temps ne joue pas en la faveur des russes sur ce point, car le gouvernement d’Astana tisse des liens de plus en plus étroits avec l’Occident et ne cesse de se rapprocher de la Chine. … Et pourtant, d’un point de vue géopolitique, ça crève les yeux, s’exclame la radio russe. Les Kazakhs n’ont pas d’autre choix que d’entretenir des relations acceptables avec Moscou. »


Reader's opinions

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *