Nantes

Euradio

Current track

Title

Artist

Current show

Current show

Background

La revue de presse soir du 20 mai 2019 – Coup de tonnerre en Autriche

Written by on 20 mai 2019

Coup de tonnerre en Autriche : le vice-chancelier et chef de file du parti d’extrême droite, FPÖ, Heinz-Christian Strache démissionne.
L’Autriche s’enfonce dans une profonde crise gouvernementale et des élections anticipées vont être convoquée.
Cette démission fait suite à une vidéo rendue publique vendredi. Dans cette vidéo, Heinz-Christian Strache promettait l’attribution de contrats publics à une personne se faisant passer pour la nièce d’un oligarque russe.
L’intéressé est donc exposé à des poursuites pénales.
Mais ce qui intéresse la presse européenne est bien plus les conséquences l’affaire a pour le chancelier et son parti.

Pour la chroniqueuse ukrainienne Krystyna Bondareva, dans les colonnes de Ukraïnska Pravda, ce scandale est de nature à conforter la position du chancelier Sebastian Kurz de la droite conservatrice, de l’OVP aux élections anticipées.

“Pour la seconde fois, la participation du FPÖ à un gouvernement a mal tourné.
Rappelons-nous : le FPÖ avait déjà formé une coalition, en 1999, également avec le parti conservateur.
A l’époque, les ministres FPÖ s’étaient montrés extrêmement peu professionnels dans leur travail.
L’UE avait prononcé des sanctions contre la participation de l’extrême droite au gouvernement.
Aujourd’hui, les Libéraux autrichiens et les forces de centre-droit font le constat commun : le FPÖ a fourni la preuve définitive de son incapacité à diriger un Etat.
Mais au final, ce scandale et les élections anticipées tourneront à l’avantage du parti conservateur de Kurz.”

Les britanniques du Financial Times conseillent eux aux conservateurs de l’Europe entière de suivre de très près ce qui se passe à Vienne :

“Si l’affaire est une catastrophe pour le FPÖ, membre de la coalition au pouvoir, elle cause aussi un embarras considérable à Sebastian Kurz, le jeune chancelier autrichien de centre-droit.
La déconvenue qu’il essuie retentit dans toute l’Europe.
Il avait donné des idées aux autres leaders de la droite mainstream, notamment Pablo Casado en Espagne et Laurent Wauquiez en France.
Casado a tenté d’appliquer la méthode Kurz aux législatives espagnoles du mois dernier et la stratégie s’est avérée désastreuse.
Depuis peu, Laurent Wauquiez s’efforce de souligner le fait qu’il est le leader de la droite et du centre.
Le kurzisme a fait son temps comme philosophie conservatrice – pour autant qu’elle ait jamais existé.”

Enfin, les italiens du Corriere della Sera soulignent les contradictions de la personne de Heinz-Christian Strache :

“Lui qui se voulait patriote, était pourtant prêt à vendre son pays à un oligarque russe.
Lui qui condamnait les connivences endémiques entre les mondes de la finance et de la politique, clamait sa propre pureté et l’incorruptibilité de son parti. Or il attendait ardemment l’occasion d’être corrompu.
Lui qui se posait en défenseur d’une véritable démocratie rêvait d’un paysage médiatique domestiqué sur le modèle de la Hongrie.
Lui qui croyait être le plus malin était en réalité un bouffon, une proie facile pour une jeune Mata Hari, avant même d’avoir avalé quelques coupes de champagne et quelques shots de vodka.
C’est la tragédie d’un homme sans qualités.”

Réalisé grâce à Euro|topics

AVE spécial élections : La Lituanie et la Finlande


Reader's opinions

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *