Nantes

by Euradio

Current track

Title

Artist

Current show

Programme musical

00:00 06:30

Current show

Programme musical

00:00 06:30

Background

Jeremy Corbyn prêt pour des élections générales. La situation enfin débloquée ? : Revue de press Brexit

Written by on 11 octobre 2019

Nouvelle revue de presse du Brexit avec vous Benjamin Ringuet, comme tous les vendredis.
Cette semaine, vous nous offrez un peu d’espoir.
Va-t-on sortir de l’impasse actuelle ?

__________________________________

Peut-être Eugène. Peut-être.

Puisque que ce nouvel épisode de la série Brexit a vu une annonce qui pourrait s’annoncer décisive pour la suite.

Et non, elle ne vient pas de Boris Johnson mais de Jeremy Corbyn.

Le chef des travaillistes d’habitude peu loquace quand il s’agit du Brexit.

Lui, «le seul espoir pour éviter un no deal» selon Gary Younge du Guardian.

Jusqu’à présent, note ce dernier, les soutiens du maintien avaient conditionné une possible alliance avec le labour au départ de Jeremy Corbyn.

Selon l’éditorialiste, il est maintenant trop tard.

La situation est trop grave. Tous doivent se rallier à lui, malgré leur réticence envers sa personne.

Une méfiance extrême cultivée par les tabloïds conservateurs, et The Sun en premier chef.

«Le futur de notre style de vie est en danger si Jeremy Corbyn est en capacité de mener le Royaume-Uni hors du Brexit», titre ainsi le journal.

Toujours très modéré, le tabloïd enfonce le clou.

Le placer au 10 downing street «c’est dire aurevoir au Royaume-Uni comme modèle de démocratie».

Si la presse outre-manche parle autant de Jeremy Corbyn c’est suite à son discours de jeudi à Nottingham.

Le chef des travaillistes s’est dit prêt à affronter Boris Johnson dans des élections générales, une fois le Brexit reporté.

Selon The Daily Mail, il pourrait ainsi indiquer à ses parlementaires de voter pour la tenue d’élections.

Eux qui s’y été opposés par deux fois, il y a de cela quelques semaines.

Mais, certains travaillistes devraient aller contre les ordres de leur chef.

Ainsi, selon Kate Delvin du Times, l’empressement de Jeremy Corbyn pour la tenue d’élections pourrait avoir de graves conséquences pour son parti.

Avec, en premier lieu, l’éclatement de cette formation politique déjà minée par les divisions.

Pire, certains anticipent une lourde défaite du labour face aux conservateurs.

C’est le cas de ténors du parti travailliste comme Keir Starmer et Josh McDonnell.

Comme on peut le lire dans The Financial Times, ils auraient prévenu Jeremy Corbyn: «ce qui paraît être une solution séduisante à court terme pourrait se révéler être un piège sur le long terme»

Des prédictions qui rappellent celles d’un autre vote: les élections générales de juin 2017.

Comme le rappelle The Daily Mail, à l’époque, Theresa May avait appelé un scrutin pour asseoir son pouvoir.

Résultat: les conservateurs s’étaient retrouvés sans majorité.

Ces élections censés débloquer la situation ne l’avaient que compliquées.
Deux ans après ce scrutin, trois longues années après le référendum, au tour de Jeremy Corbyn de tenter son coup de poker.
A voir maintenant, si l’attente en valait la peine.


Reader's opinions

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *