Nantes

by Euradio

Current track

Title

Artist

Current show

Accents d’Europe

06:30 06:50

Current show

Accents d’Europe

06:30 06:50

Background

Une Espagne divisée – La revue de presse européenne

Written by on 12 novembre 2019

Ce week-end, ce sont déroulées quelques élections d’importance en Europe. Notamment en Espagne. Naturel donc que la presse européenne s’y attarde puisque l’issue des législatives de dimanche en Espagne ne laisse toujours pas entrevoir de majorité viable.

Si les socialistes se maintiennent en tête, les conservateurs du Partido Popular (PP) et le parti d’extrême droite Vox ont pour leur part amélioré leur score.

L’alliance forgée autour de Podemos a perdu sept députés au Parlement.

Et la presse européenne de se demander si l’Espagne pourra surmonter l’impasse politique ?

En Autriche, on considère que Le Premier ministre Pedro Sánchez s’est fourvoyé, comme on le retrouve dans les pages de Der Standard :

“C’est en s’appuyant sur la vague promesse que les sondages lui laissaient entrevoir que le Premier ministre sortant Pedro Sánchez a galvaudé la sécurité d’une majorité gouvernementale.

Au lieu de négocier sérieusement, le chef de file du PSOE a tout fait pour empêcher la formation d’une coalition avec la gauche alternative d’Unidas Podemos (UP).

Cette dernière, de son côté, n’avait pas eu l’intelligence de saisir l’occasion quand Sánchez leur avait proposé trois ministères en juillet.

Elle a tenté un coup de poker pour obtenir davantage et a tout perdu.

Dimanche, la possibilité d’une alliance entre socialistes et gauche alternative a perdu un nombre important de voix et de sièges”

Pas loin de l’Autriche, en Suisse, on constate que la progression des deux partis de droite aggrave le conflit avec la Catalogne, comme l’explique Tages-Anzeiger dans ses colonnes :

“Le score de Vox annonce la montée en puissance d’une formation qui veut abolir l’autonomie partielle des régions, interdire les partis indépendantistes en Catalogne et restreindre l’enseignement des langues régionales.

C’est de bien mauvais augure pour le conflit catalan. Car il ne se résoudra pas par la fermeté et par une rhétorique provocatrice.

Pourtant, Barcelone serait prête au dialogue maintenant.

S’il est vrai qu’une partie de la jeune génération suit la pente dangereuse de la radicalisation, sur le plan politique toutefois, les républicains de la gauche modérée ont dépassé l’alliance électorale de Carles Puigdemont.

Les jours à venir ouvriraient la chance d’un dialogue.

Mais le scénario d’un blocage politique et de la violence dans les rues est malheureusement plus probable.”

Enfin, en Suède, Dagens Nyheter appelle les partis d’autres pays à méditer le résultat électoral espagnol :

“L’exemple espagnol est l’illustration même de la recomposition des paysages politiques en Europe aujourd’hui.

L’avènement de nouveaux outsiders complique la formation gouvernementale au sein des blocs traditionnels – socialiste et conservateur.

Cet exemple souligne également qu’il est nécessaire de jeter des ponts au centre pour parvenir à former des coalitions stables et fiables.

Il est probable qu’une forme de consensus soit nécessaire aujourd’hui entre le PSOE et le PPE afin que le pays puisse avancer.

Ce scrutin signale aussi clairement que les partis libéraux centristes [à l’instar de Ciudadanos], s’ils veulent servir à quelque chose dans ce contexte nouveau, se doivent de coopérer aussi bien avec la droite qu’avec la gauche”


Reader's opinions

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *