Nantes

by Euradio

Current track

Title

Artist

Current show

Programme musical

15:00 16:00

Background

Conférence ONU sur le climat : La revue de presse européenne

Written by on 10 décembre 2019

La conférence de l’ONU sur le climat, qui s’est ouverte la semaine dernière à Madrid.

Elle a pour devise ‘Le moment d’agir’.

La presse européenne évoque différentes possibilités pour se rapprocher de cet objectif.

En Italie par exemple, dans le quotidien le Corriere della Sera, le chroniqueur Massimo Sideri s’interroge sur le voyage de Greta Thunberg :

“Le voyage de Greta Thunberg, qui a duré 21 jours, résume toute l’équation technologique, économique, et sociale que les 196 pays du monde devront résoudre lors de la COP25. Explique le chroniqueur

Il a fallu 20 jours à Greta pour traverser l’Altlantique en catamaran, une nuit pour rallier Madrid en train depuis Lisbonne et quelques minutes pour parcourir en voiture électrique les derniers kilomètres pour se rendre à la conférence.

Mais la possibilité que l’humanité accepte d’avoir besoin de 20 jours pour traverser l’Atlantique est nulle.

Tout le monde en est conscient.

Ce que nous pouvons et devons faire, c’est résoudre l’équation Greta en développant des énergies vertes, comme l’énergie électrique, et éviter de faire dériver la contestation vers un mouvement anti-technologique inutile, pour ne pas dire néfaste.”

Et pour s’inscrire en faux, en Espagne on juge que le foisonnement de gloses sur Greta Thunberg dans les médias a pour seule fonction de faire diversion.
C’est en tout cas ce sur quoi insiste l’auteure Almudena Grandes dans El País, ce que l’on retrouve ainsi sous sa plume :

“Le véritable problème, ce n’est pas qu’une fillette ne soit pas préparée à assumer un rôle aussi lourd.

Le véritable problème, c’est que personne ne parle de Jair Bolsonaro, pyromane de la jungle amazonienne, ou de Donald Trump, qui trouve qu’il fait bien froid à l’heure du réchauffement climatique, ou encore de Xi Jinping, le président chinois qui veut continuer de polluer la planète en rachetant les droits d’émission des pays pauvres.

Dans ce contexte, les commentaires sur Greta, sa prestation, chacun de ses gestes et de ses paroles, ne sont rien d’autre qu’une technique visant à neutraliser son message et à protéger les véritables ennemis – les ennemis de sa cause, mais aussi de tous les habitants de la Terre.”

Et pour conclure cette revue de presse par une bonne nouvelle, nous partons en Suède avec le quotidien Syd-sven-skan :

“Il ressort d’une étude conjointement menée par l’historienne de la technologie Nina Wormbs et la linguiste Maria Wolrath Söderberg que la honte ne constitue pas un facteur susceptible d’inciter les gens à protéger le climat.

Elles ont interrogé 900 personnes ayant décidé de cesser de prendre l’avion en vue de réduire les émissions sur les éléments qui les avaient amenées à cette décision.

Le sentiment de honte n’est pas un argument récurrent. Les connaissances sur le changement climatique et ses conséquences pour les générations à venir sont en revanche un facteur plus fréquemment invoqué.

C’est une bonne nouvelle pour les politiques qui participent à la COP25, la conférence mondiale de l’ONU sur le climat à Madrid.

Inutile donc de tirer la corde de la culpabilité pour convaincre leurs électeurs de faire pénitence.

Les faits relatifs à l’effet de serre et aux possibilités de le ralentir peuvent grandement contribuer à une politique climatique plus efficace.”


Reader's opinions

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *