Nantes

by Euradio

Current track

Title

Artist

Current show

La Chambre Verte

20:00 21:00

Background

Grève nationale : La revue de presse locale

Written by on 10 décembre 2019

“Fracture, les internes en médecine se mettent grève” titre le Midi Libre, qui souligne par la suite “jusqu’à 100 heures hebdomadaires, une rémunération qui ne suit pas et une réforme des études contestée, les futurs médecins n’en peuvent plus”.

Parallèlement, dans les pages de Ouest-France, on apprend que le CHU de Nantes lui cesse la grève. Pas qu’ils considèrent avoir été entendu, mais afin d’appliquer le plus vite possible les promesses de la direction.

Et c’est cette tension que l’on retrouve dans la presse quotidienne régionale aujourd’hui : entre ceux qui soutiennent ou rejoignent la grève d’aujourd’hui et ceux qui veulent passer outre.

Pour un “Grève et manif : acte 2” dans le Républicain Lorrain, on trouve un “Grève, la grande débrouille” dans le Parisien.

Choisissez votre camp camarade ? Ce n’est pas si simple. Comme le titre le Journal de Saône-et-Loire, “Ce qui nous attend aujourd’hui” n’est pas aussi mobilisateur que jeudi dernier.

Ce que l’on retrouve aussi en Une de la Voix du Nord qui se demande “Moins suivi, mais toujours perturbé ?”.

Là où la semaine précédente, couvrir les raisons de la colère des grévistes était une nécessité journalistique, notamment à cause de sa “nouveauté” dans l’espace médiatique, les analyses et contre-vue se bousculent dans la presse depuis plus d’une semaine.

Alors, pour ce “deuxième tours”, pour paraphraser le Courrier Picard, on trouve bien sûr nombre de quotidien à se pencher de nouveau sur cette “Nouvelle épreuve de force”, comme le montrent les titres du Courrier de l’Ouest ou de la Maine Libre.

Mais la mobilisation des retraites, cette fois-ci en Une de l’Est Républicain, est devenue moins une nouveauté que de parler d’un “Autre jour de débrouille” ou de “Travailler malgré les grèves” comme le titrent respectivement le DNA et l’Alsace.

Les quotidiens de presse locales doivent intéresser leurs lecteurs, ne serait-ce que pour vendre et éviter la faillite ou le rachat.

Et on le sait, la multiplicité des titres de presse régionale est fortement liée avec la santé démocratique de l’endroit qu’elle abreuve.

Pour vous donner un exemple, ce matin, les lecteurs de l’Ardennais et de l’Union auront l’occasion de contempler chacun un profil différent de Maxime, étudiant à Reims qui est “au travail malgré la grève”.

Nul doute que Maxime soit très intéressant, mais nul doute non plus qu’il ne soit pas le seul “au travail malgré la grève” à l’être.

Les deux journaux appartiennent au Groupe Rossel et il est rationnel de ne pas multiplier l’envoi de reporter sur le terrain. Pourtant, les deux quotidiens sont dans une zone de diffusion qui se chevauche…

Tout ça, c’est bien sûr à retrouver aujourd’hui dans les pages de vos quotidiens de presse locale !


Reader's opinions

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *