Nantes

by Euradio

Current track

Title

Artist

Current show

L’AfterWork

16:00 20:00

Background

Dernier sommet européen de l’année 2019 : L’édito de Louise Guillot

Written by on 16 décembre 2019

La semaine dernière les chefs d’Etat et de gouvernement européens se sont réunis à Bruxelles pour le dernier sommet européen de l’année 2019. C’était d’ailleurs le premier Conseil Européen pour le nouveau président de l’institution Charles Michel et pour la nouvelle présidente de la Commission Ursula von der Leyen. Alors Louise, vous avez suivi ce Conseil Européen, que s’est-il passé ?

Louise : Alors il y avait trois principaux sujets au programme la semaine dernière. J’ai nommé le Brexit, la réforme de la zone Euro, le prochain budget pluriannuel de l’UE et le climat suite à l’annonce du tant attendu Green Deal d’Ursula von der Leyen le 11 décembre.
Le premier sujet à l’agenda était justement le climat et de savoir si les 27 leaders européens allaient ou non parvenir à se mettre d’accord sur la question de la neutralité carbone. Le Président du Conseil Européen, Charles Michel, avait proposé que cet objectif soit inscrit dans les conclusions du Conseil Européen et que les 27 atteignent cette neutralité carbone d’ici 2050. Cela pour être aussi raccord avec la proposition de la Commission, qui a justement inscrit cet objectif dans son Green Deal.

Mais je crois que les discussions n’ont pas été faciles sur ce sujet, n’est-ce pas Louise ?

Louise : Oui, c’est vrai Eugène. Les discussions ont été plutôt mouvementées même, j’y reviendrai, mais les leaders européens sont tout de même parvenus à un accord. Parce que si vous lisez les conclusions du Conseil Européen vous verrez que l’objectif que l’Union européenne atteigne la neutralité carbone d’ici 2050 pour respecter l’Accord de Paris est effectivement inscrit. Mais si vous lisez la phrase suivante vous vous apercevrez qu’il y a une exception pour un Etat membre qui ne peut pas s’engager à réaliser cet objectif à ce stade. Et cet Etat membre, c’est la Pologne, qui souhaite avoir plus de temps pour effectuer sa transition.
Cette exception donnée à la Pologne, et que le Conseil Européen rediscutera en juin 2020, est assez inédite car l’institution a l’habitude de décider par consensus et donc de ne pas adopter des conclusions avec lesquelles un ou plusieurs Etats ne seraient pas entièrement d’accord.

Mais est-ce que c’était le seul point chaud des discussions sur le climat Louise ?

Louise : Non, un autre point chaud était la question de savoir si le nucléaire pouvait être considéré comme une énergie propre, ou non carbonée dans le cadre de la transition verte. Et c’est un point important car si elle est considérée comme ‘propre’ alors elle pourrait éventuellement prétendre à des financements européens. C’est notamment ce que demandait le président tchèque Andrej Babis ou le président français pour qui le nucléaire est synonyme de sécurité énergétique. Mais ces deux promoteurs se sont heurtés à l’opposition de l’Allemagne, du Luxembourg et de l’Autriche qui considèrent que le nucléaire ne devrait pas recevoir de l’argent de l’Europe.
Finalement, pour régler la dispute la référence à ce type d’énergie a été subtilement ajoutée pour réaffirmer que les Etats membres sont libres de choisir leur mix énergétique. Sans toutefois promettre que de l’argent européen pourrait financer ce type d’infrastructure.


Reader's opinions

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *