Nantes

by Euradio

Current track

Title

Artist

Current show

Programme musical

00:00 06:30

Background

Le chiffre du jour : 40

Written by on 19 décembre 2019

Notre chiffre du jour est 40
40, c’est le nombre d’années qu’il aura fallu
à la République Tchèque pour rendre à Milan Kundera sa nationalité de naissance.
L’écrivain est né à Brno en 1929.
Exclu du parti communiste en 1970, il rejoint la France, 5 ans plus tard,
et intègre l’université de Rennes.
En 1979, à cause de ses publications, interdites là bas,
la République Tchèque, devenu un état satellite de l’URSS,
le déchoit de sa nationalité.
Milan Kundera devient français, sous l’impulsion de Jack Lang.
10 ans plus tard, la situation s’apaise avec la Révolution de velours
et l’arrivée au pouvoir de Vaclav Havel,
opposant à l’ancien régime socialiste.
Kundera ne souscrit cependant pas à ses idées,
et refuse d’entreprendre des démarches
pour récupérer une nationalité qui lui est dûe.
Entre temps, il est devenu l’un des écrivains les plus célèbres du monde,
avec en point d’orgue l’Insoutenable légèreté de l’être, publié à Paris en 1984.
Auteur profondément politique,
philosophe, Milan Kundera a beaucoup été influencé,
d’après ses propres dires, par je cite “Le grand roman d’Europe central”.
Lecteur de Rabelais, Diderot, Tolstoï, mais aussi Nietzsche et Kafka,
Kundera a reçu de nombreux prix prestigieux
au cours de sa vie d’écrivain, en tchèque puis directement en français.
Il n’a cependant jamais reçu le prix Nobel de littérature,
pour lequel son nom fut régulièrement cité.
Il ya un an tout juste, le premier ministre Tchèque, Andrej Babis,
était en déplacement à Paris,
où il a émis le souhait de rencontrer l’écrivain.
« Je viens de vivre une expérience inoubliable”, avait alors confié
le premier ministre à la presse.
Petr Drulazk, ambassadeur Tchèque à Paris
présente des excuses officielles à Kundera,
invité à revenir dans son pays d’origine, 22 ans plus tard,
par son premier ministre en personne.
Fin novembre, enfin, l’ambassadeur remet,
de main en main, le document qui officialise
la récupération de nationalité de Milan Kundera.
Tchèque, apatride puis français,
l’écrivain est désormais franco-tchèque.
Quarante ans plus tard.
Pour l’anecdote, l’épouse de l’écrivain, Vera Kundera,
avait fui avec lui avant d’apprendre,
il y a quarante ans, qu’elle n’avait pas été déchue.
Un certificat confirmant qu’elle était toujours restée Tchèque
lui a également été délivré, quarante ans plus tard.


Reader's opinions

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *