Nantes

by Euradio

Current track

Title

Artist

Current show

Programme musical

15:00 16:00

Background

Impôts, crédits… Peut-on arrêter de payer pendant le coronavirus ?

Written by on 25 mars 2020

Face à l’épidémie de coronavirus, le gouvernement a annoncé un certain nombre de mesures visant à soutenir les entreprises. La suspension de loyers et de charges a pour l’objectif d’aider les sociétés françaises, fortement impactées et fragilisées.

Alors que l’État fait tout pour soutenir les entreprises et éviter une crise économique majeure, quid des particuliers contraints de passer en chômage partiel et qui voient leurs revenus diminuer ?

Réponse aujourd’hui avec Karl Toussaint du Wast, cofondateur de Netinvestissement, cabinet de conseil en gestion de patrimoine.

Si je suis propriétaire et que je paye les traites de mon crédit immobilier. Etant mis au chômage partiel à cause de l’épidémie, est-ce que je peux suspendre le paiement de ces traites ?
Vous ne pouvez pas en tant que propriétaire arrêter ou suspendre le règlement de votre prêt, comme peuvent le faire les sociétés. En revanche, ce que peu de Français savent c’est que dans un très large cas de figure, il est prévu aux conditions générales ou aux conditions particulières d’un prêt immobilier, la possibilité de suspendre ou de reporter ses mensualités. Là on est dans un cas de figure tout à fait inédit avec cette pandémie qui pourrait tout à fait justifier de la mise en application de ces conditions générales. Donc, le Chef de l’Etat n’a pas annoncé ou prévu quoi que ce soit de spécifique pour les prêts immobiliers des particuliers, alors que c’est possible pour les particuliers. Pour autant, en tant que propriétaire particulier immobilier, je devrais remettre le nez dans mes conditions générales de prêt, parce qu’il est très probablement indiqué que je vais pouvoir les suspendre ou les reporter pour une durée de six mois maximum.

Est-ce que de mêmes dispositifs existent pour les locataires ?
Si vous êtes locataires et que vous avez un maintien de salaire, parce que votre employeur ne vous a pas mis en chômage partiel ou que vous avez une compensation, à partir du moment où vous n’avez pas une baisse ou une perte de revenu, il n’y a pas de raison de ne plus honorer votre loyer. En revanche, si comme ça va être le cas pour des milliers de Français, vous êtes mis au chômage partiel et que vous avez une perte de l’ordre de 15% de vos revenus, appelez votre propriétaire. Ne lui faites pas la mauvaise surprise de ne pas payer, appelez votre propriétaire et voyez comment vous pourriez aménager votre règlement. Là encore, les locataires ne le savent pas forcément mais souvent un propriétaire a souscris une assurance de loyer impayé, donc il est couvert. Je ne suis pas du tout en train de dire qu’il faut profiter de ce système-là, je dis juste que dans le cas bien spécifique du contexte très particulier dans lequel on est, et bien le propriétaire, à partir du moment où il a souscris cette assurance, est protégé.

Le principal c’est le dialogue
Discutons, il faut échanger. Il ne faut surtout pas s’opposer les uns les autres. On a besoin plus que jamais d’être solidaires et d’être humain. Si je ne peux plus payer mon loyer, j’appelle mon propriétaire pour lui expliquer, pour trouver ensemble une facilité.

On a entendu le Chef de l’Etat dire aux entreprises qu’elles pourraient avoir un report de charges. Nous comme salariés, est-ce qu’on peut demander que le prélèvement des nos impôts à la source, sur nos salaires, soit temporisé pendant quelques temps ?
Le gouvernement n’a pas fait d’annonce quant à la possibilité de le suspendre d’un point de vue légal ou par décret. En revanche, depuis sa mise en place, on peut se connecter en tant que particulier sur www.impots.gouv.fr, aller dans gérer mes prélèvements, vous avez deux boutons à cliquer et là vous pouvez suspendre vos prélèvements. Je ne dis pas qu’on ne va pas payer d’impôts, je dis simplement que quand on traverse pendant deux-trois mois, je l’espère le plus court possible, une période pendant laquelle on a des problèmes de trésorerie, je “m’auto-autorise” le droit de suspendre pendant deux à trois mois le paiement de mes impôts. Ce ne sera que décalé, on verra après si l’Etat nous fera la grâce d’un échelonnement, mais en tout état de cause, je peux déjà aujourd’hui en trois clics suspendre mon prélèvement d’impôts.

Aujourd’hui, quelles questions vous posent vos clients ?
On a deux questions principalement. La première c’est : est-ce que c’est le moment de vendre, je parle pour la partie boursière et les marchés financiers. La réponse est non. Vendre maintenant c’est encaisser la totalité de la baisse et c’est l’erreur. La deuxième question : est-ce que c’est le moment de rentrer ? Il y a les inquiets, partisans de “je préfère me couper une jambe plutôt que de mourir”. On leur dit que la jambe ne va pas se gangrener et qu’il y a une probabilité très importante de reprise du marché et d’un cycle haussier de bourse, dès qu’on sera sorti de ce confinement c’est-à-dire dans un mois ou deux, ça va arriver très vite. Et puis il y a les opportunistes, plus ou moins habitués à des cycles boursiers comme celui que l’on est en train de vivre, qui nous appellent en nous disant est-ce que ce n’est pas le moment de rentrer, est-ce que ce n’est pas les soldes ? A ceux-là on leur dit qu’on va échelonner leurs différents point d’entrée sur les marchés. On va osciller entre 3 800 et 4 100 pour entrer sur le CAC 40, mais on sait qu’il y a une probabilité très importante, de récupérer 15 à 20% de plus-value sur nos positions dans des délais assez courts.


Reader's opinions

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *