Nantes

by Euradio

Current track

Title

Artist

Current show

Background

Comment se dire « Bonjour » en Europe ? : Voici une question éminemment sociale… et politique

Written by on 3 avril 2020

Qui aurait crû que nous aborderions ce sujet un jour dans Europe’s coming. Pourtant, pour chacun d’entre nous, pour tous les auditeurs, la question se pose désormais. La bise ou plus la bise, se serrer la main ou pas. Voici que le Covid 19 remet en cause le premier geste du matin, le premier geste du quotidien que ce soit en famille ou entre collègues et amis. Comment se dire Bonjour ? La question est déjà une prise de tête. En période de confinement, les règles sont pour le moins explicites. Chacun connaît désormais les fameux gestes barrières, ces anti-bises, ces anti-contacts. Qu’en sera-t-il à long terme ?

Surtout qu’en France particulièrement, nous sommes un cas singulier, un peuple clairement identifié en la matière.

Exactement, et d’ailleurs, il faut simplement avoir traversé une seule frontière pour s’en rendre compte. Les français ne craignent pas les contacts physiques ! Les français se font la bise. Ils font la bise aux femmes et même parfois entre garçons très amis, quand d’autres peuples européens restaient beaucoup plus distants et gênés par ce contact jugé oppressant qui les font devenir tout rouge. Les français étaient donc pour ainsi dire les champions du monde de la bise. Et comme rien n’est simple chez nous, il y avait bien sûr les particularismes régionaux.

Chacun la bise mais chacun sa bise en quelque sorte ?

Oui, chacun sa bise. 1 dans le finistère. 2 dans beaucoup de régions, 3 d’en d’autres et même 4 si ma carte de la bise est la bonne du côté de Dijon. Mais ce n’est pas tout. A cela il faut aussi ajouter ceux qui commencent à droite : la Bretagne, unie cette fois, tout le centre de la France. Et puis ceux qui commencent à Gauche, notamment tout le Sud-Est.

C’est le fruit de notre histoire, de nos histoires

Oui, et le résultat de notre histoire, de notre passé sociologique, sanitaire et politique aussi. La Bise nous vient des romains. A côté de l’embrassade, c’est le bonjour courtois, poli. Cet héritage romain perdurera. Au Moyen Age ce sont les nobles qui s’embrassent, sur les lèvres, entre chevaliers. C’est une preuve d’amitié. Pour les vassaux, cela a représenté aussi une forme d’honneur rendu, rappelait dernièrement Christine Siméone sur France Inter nous informant ainsi que  « Marie de Médicis, élevée en Toscane, au palais Pitti, n’avait pas l’habitude du baiser sur la bouche, elle aurait donc fait abandonner cette pratique à la cour de France lorsqu’elle s’est mariée à Henri IV. Ce n’est que la peur bleue de la peste noire qui nous fera changer d’avis. Henri IV l’interdit même. Il faut dire que le pays et l’Europe tout entière est alors en plein cataclysme sanitaire. La peste fait alors des ravages. Mais les peuples ont une âme. Et la Bise reviendra.

Elle resurgit alors après la fin de la première guerre mondiale. Alors que les personnes les plus aisées sociologiquement préféreront le baiser de main, laissant au peuple les baisers, la bise finira par prendre progressivement le dessus et unira en quelque sorte les pratiques. La France de l’entre deux guerres est une période d’allégresse ou les baisers du bonjour s’installent définitivement dans les mœurs françaises.

La pandémie du Covid 19 rebat donc les cartes de la politesse. A quoi s’attendre demain ?

Pour l’instant, cela tatonne, il faut bien le dire.  Salut militaire, avec le coude, les pieds. On ne sait plus trop.  Le bonjour Thaïlandais les deux paumes des mains serrés face à soi a déjà quelques partisans, mais on ne sait pas bien.

Chaque grande catastrophe a généré de nouvelles façons d’entrer en contact (et d’en sortir), des modes, des cultures, mais “la sociologie n’est pas une futurologie”, rappelle David Le Breton. Tous devront se poser la question. Car notre bise nationale n’est pas la seule à poser problème. Le hug, le Give me Five et le Fist bump, poing contre poing ne sont pas plus recommandés.

Sur l’antenne parisienne de France Bleu, Philippe Lichtfus, expert du savoir-vivre préconise un retour à une façon plus sincère de se dire bonjour : Pour lui « On peut tout à fait se saluer sans se donner la main. Ce sont peut-être des circonstances pour réapprendre à se dire bonjour de manière plus sincère »« On peut se positionner en face de la personne qu’on veut saluer, la regarder dans les yeux, sans la dévisager, en croisant son regard et la saluer avec un visage ouvert, en disant’Bonjour Monsieur ou Madame ».

L’avenir le dira mais une fois dehors, il faudra bien se lancer. Et s’incliner avant tout en mémoire de  celles et ceux qui nous ont quitté et en remerciement de celles et ceux qui étaient au front face à cette pandémie qui bouscule tant et tant de nos compatriotes. 


Reader's opinions

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *