Nantes

by Euradio

Current track

Title

Artist

Current show

Bechamel Chacha

22:00 24:00

Background

Corona-culture #33

Written by on 5 mai 2020

Encore quelques jours, au moins, avant d’être déconfiné. L’occasion de découvrir ou redécouvrir quelques incontournables sur la Seconde Guerre mondiale. Le Corona-culture dresse, aujourd’hui, une liste non exhaustive des films et séries méconnus sur cette période sombre de l’Histoire. Les œuvres sélectionnées sont toutes des productions allemandes. Parfois des coproductions européennes formées autour d’une équipe d’outre-Rhin. Quoi qu’il en soit, ces œuvres valent le détour.

Commençons avec une série : “Unsere Mütter, unsere Väter” (“Generation War” en version française, NDLR). Une fresque éperdument réaliste et symptomatique d’une jeunesse allemande sacrifiée. Cinq amis se retrouvent en juin 1941 pour un dernier adieu. Alors qu’ils pensent se retrouver dès le Noël suivant, rien ne sera plus jamais comme avant pour Wilhelm, Charlotte, Viktor, Greta et Friedhelm. Deux frères qui partent sur un front de l’Est bouillonnant, pendant l’”opération Barbarossa“, une infirmière qui les suit à distance, un Juif pourchassé et une chanteuse éplorée. Tous tentent de continuer à s’aimer et à se protéger mutuellement, à distance. Mais tous n’en sortiront pas indemnes. Histoire particulièrement poignante, racontée en trois épisodes de 90 minutes chacun, cette série offre un aperçu assez large de la vie à l’heure nazie, pour quatre innocents qui n’ont rien demandé. Au fil des minutes, leur insouciance de jadis s’éclipse pour laisser place à une perte globale d’identité. La marche au pas de l’oie aura tout écrasé sur son passage. Ou presque…

Si vous préférez davantage les films, ne manquez pas “Der Hauptmann” (“The Captain : L’Usurpateur” en version française, NDLR), récit revisité d’une histoire vraie. En avril 1945, les dernières troupes de la Wehrmacht (armées nazies, NDLR) sont pourchassées par les Alliés, tandis que les déserteurs sont exécutés. Après avoir perdu la trace de son régiment, le jeune brigadier Willi Herold est pourchassé par un commando qui veut l’abattre. Il fait alors la découverte d’une voiture abandonnée, dans laquelle attend sagement un uniforme couvert de médailles, ayant appartenu à un capitaine de la Luftwaffe (armée de l’air nationale-socialiste, NDLR). Avec ce nouvel artifice, Herold réussi à mettre sous ses ordres une cohorte d’hommes prêts à en découdre. Il s’invente même une mission : celle de rendre en personne un rapport au Führer, sur la situation à l’arrière du front. Une mission imaginaire, qui va le faire succomber dans la subtile dichotomie, qu’il voulait jadis à tout prix éviter ; à la fois bourreau et victime d’un monde sans pitié.

Enfin, n’oubliez pas de consacrer une soirée au film germano-danois “Unter dem Sand” (“Les oubliés” en version française, NDLR). Alors que l’armistice vient tout juste d’être signée, des adolescents allemands enrôlés dans les dernières heures de l’Allemagne nazie doivent déminer les plages danoises, que leurs pères, cousins ou oncles ont eux-mêmes truffé de mines antipersonnel, en prévision d’un débarquement allié. Envoyé comme de la “chair à canon” effacer les actes de leurs aïeux, ces innocents payent le prix fort d’une haine anti-allemande, désormais bien vivace.


Reader's opinions

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *