Nantes

by Euradio

Current track

Title

Artist

Current show

L’AfterWork

17:00 19:00

Background

Le mot en F : l’édito d’Albrecht Sonntag

Written by on 8 mai 2020

Comme toutes les semaines, nous retrouvons Albrecht Sonntag, professeur à l’ESSCA Ecole de Management, à Angers. Bonjour !

C’est votre huitième édito de confinement ! Aujourd’hui, vous retournez vingt ans en arrière, tout en vous projetant vers l’avenir. On va essayer de suivre votre contorsion.

Il y a des idées formulées dans un passé pas si lointain, mises assez rapidement au placard, mais qui, quand on les redécouvre, n’ont rien perdu de leur pertinence. Le concept de « fédéralisme européen » est une de ces idées. Il y a juste vingt ans, le 12 mai 2000, un discours tenu à la vénérable Université Humboldt de Berlin en a vérifié la consistance, pour arriver à la conclusion qu’elle était tout sauf obsolète au XXIème siècle. 

Le speaker, qui prenait donc la parole juste après le 50ème anniversaire de la déclaration Schuman, tenait beaucoup à préciser d’emblée qu’il ne s’exprimait aucunement en sa qualité de membre du gouvernement allemand, mais en tant que citoyen et « Européen convaincu ». Son nom était Joschka Fischer.

Le ministre des affaires étrangères de Gerhard Schröder ! Dans un gouvernement composé de sociaux-démocrates et d’écologistes, correct ?

Effectivement, on voit bien que cela date un peu.

Joschka Fischer savait évidemment que son discours serait interprété comme une position du gouvernement, et il n’ignorait pas non plus qu’à la fin de la même année, il y aurait la conclusion, à Nice, de la conférence intergouvernementale qui devait accoucher d’un nouveau traité. Et il était bien conscient du risque qu’il prenait à utiliser dans son titre deux mots à potentiel explosif, surtout en combinaison : « fédéralisme » et « finalité ». 

Ce qu’a fait Joschka Fischer en cette soirée de mai 2020, c’était de se poser en public la question du but ultime du processus d’intégration européenne. Il s’agissait d’aller au bout de la pensée : à quel type d’Europe tout ce long chemin était-il censé aboutir ?

La question à ne surtout pas poser ! Car en toute logique, ce processus mène, certes lentement mais tout droit, d’une confédération d’Etats-nations vers une véritable fédération dotée d’institutions qui protègent les droits, certaines prérogatives, ainsi que les singularités culturelles des différents membres, mais qui leur imposent aussi une délégation très importante de compétences politiques. 

C’est exactement ce qui se passe depuis soixante-dix ans, mais il ne faut surtout pas le dire ! Faire son coming out de fédéraliste européen, c’est se faire taxer, au mieux, d’utopiste naïf qui n’a pas compris que les temps ont changé depuis Jean Monnet, au pire, d’illuminé apatride et fanatique qui n’a que mépris pour le peuple, pour lequel l’Etat-nation ne saurait être le seul garant de sa souveraineté.

Bien sûr, Joschka Fischer connaissait le risque qu’il courait à prononcer le mot « fédéralisme ». Il s’en excusa même, surtout en vue des susceptibilités britanniques. « Je sais que la notion de fédération les provoque », dit-il, en ajoutant : « Je n’ai pourtant jusqu’à présent pas trouvé d’autre mot. »

Aujourd’hui, il n’aurait plus à se préoccuper des protestations britanniques contre l’épouvantail du « Super-Etat » de Bruxelles !

C’est bien vrai, mais le fédéralisme est un terme qui suscite des crispations ailleurs qu’à Londres. En France aussi, on était assez embêté par le discours de Fischer. Du coup, on y répondit, dans les deux camps de la cohabitation Chirac-Jospin, par un silence embarrassé (comme on est très gêné, vingt ans plus tard, à Berlin, quand il faut répondre aux propositions d’Emmanuel Macron). 

Le sort réservé au rêve de Joschka Fischer, assorti pourtant de propositions très concrètes – et à les relire, très convaincantes – au sujet du cadre institutionnel qui conviendrait à une Union européenne digne de ce nom et opérationnelle au XXIème siècle, en dit long sur le poids des mots et leurs interprétations divergentes dans les espaces culturels et médiatiques pourtant voisins.

Mais la résurgence du nationalisme, et l’apparente reprise en main de l’Union européenne par les gouvernements des Etats-membres durant les crises successives que nous subissons, n’ont pas eu la peau du fédéralisme. Il existe encore, porté par une minorité qui n’a pas peur de défendre cette idée malgré un esprit du temps – un « Zeitgeist » – contraire. 

C’est peut-être parce qu’elle se sent portée par la logique et la cohérence. Deux alliées qui n’ont pas le vent en poupe, mais qui ont tendance à s’imposer sur le long terme, pourvu qu’on reste assez têtu à les défendre contre les anxiétés irrationnelles et contre ceux qui les attisent.

Pour ceux que le concept du fédéralisme intrigue, pourquoi ne pas profiter du confinement, du long week-end, et de la fête de l’Europe samedi, pour assister à un événement virtuel exceptionnel qui se déroule de 15h15 à 19h15, en présence de nombreux speakers et participants de grande qualité, mis en œuvre par l’Union des fédéralistes européens.

C’est sur simple inscription en ligne, et je vous mets le lien vers cette manifestation sur le site d’Euradio, rubrique « Editos et chroniques ». Vous y trouverez aussi un lien vers le discours intégral en version française

Conclusion :

Une bonne dose de fédéralisme donc pour ce week-end !


Reader's opinions

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *