La semaine de Quentin Dickinson

Une semaine chargée - Quentin Dickinson

Une semaine chargée - Quentin Dickinson

Avez-vous passé une bonne semaine ?

Au moins ne s’est-on pas ennuyé, ici à BRUXELLES : à peine avait-on appris le retour en Israël de l’apparemment insubmersible Beniamine NETANYAHOU, à la tête d’un gouvernement de coalition réputé le plus à droite de l’histoire du pays, qu’on assistait ici-même à deux événements – sans lien direct l’un avec l’autre – qui tendent à démontrer que les partisans de l’extrême-droite, dans la principale capitale de l’Union européenne, ne sortent plus en rasant les murs à la nuit tombée.

De quoi s’agit-il ?

D’abord, il y a eu la tournée des institutions de l’UE par Giorgia MELONI, nouvelle chef du gouvernement italien. L’intéressée n’a pas caché son intention de défendre bec et ongle les intérêts de son pays (ce qu’on ne saurait lui reprocher, vu que c’est justement la mission que lui confie la Constitution), mais s’est attiré les regards approbateurs de ses interlocuteurs en réitérant son soutien absolu à l’Ukraine. Bon, on verra à l’usage.

Ensuite, et plus discrètement, les amis du Premier ministre hongrois Viktor ORBÁN ont inauguré ici un centre de réflexion politique, dédié à l’idéologie dite illibérale et identitaire, laquelle a désormais pignon sur rue. Cette officine est dirigée par deux universitaires, un allemand et un canado-magyar. Succès de curiosité garanti.

Et avez-vous retenu autre chose ?

Oui, la visite du Chancelier fédéral Olaf SCHOLZ à PÈKIN, une démarche dont on perçoit bien les risques, mais dont on ne voit pas (ou pas encore) les avantages qui pourraient en dériver pour l’Europe, ni même pour l’Allemagne.

Autre moment fort de la semaine : le jugement retentissant du Tribunal de MESSINE, condamnant 91 mafieux siciliens, sur les 101 prévenus, à un total de 660 années de prison, dont vingt-trois et trente ans respectivement pour les deux parrains. Leur crime : avoir détourné des millions d’Euros de subventions au détriment des caisses de la politique agricole commune de l’UE.

Enfin, à un autre niveau d’importance, la nouvelle est enfin tombée : le gouvernement britannique renonce à organiser des élections régionales en Irlande du Nord – le blocage et la confusion politique et administrative se poursuivent donc à BELFAST, ce qui ne contribuera en rien à la recherche d’une solution au conflit post-Brexit avec l’Union européenne.

Passons maintenant à cette semaine – que prévoyez-vous en particulier ?

En début de semaine, direction CHARM-el-CHEIKH pour la COP-27 (ambiance morose prévisible), et ici, Conseil des ministres de la Zone Euro et, le lendemain, de l’Économie et des Finances. On n’échappera pas, en milieu de semaine, à l’évaluation des résultats des législatives à mi-mandat aux États-Unis : les sondages ne prévoient rien de bon du point de vue de l’UE comme de l’Ukraine, on aura l’occasion d’y revenir.

On notera aussi le déplacement à ANKARA du Premier ministre suédois Ulf KRISTERSSON, venu plaider la cause de l’adhésion de son pays à l’OTAN auprès du peu commode Président turc Recep TAYYIP ERDOĞAN, qui y mettra des conditions.

Cette semaine toujours, la Commission européenne devrait proposer un assouplissement des règles fiscales communes, eu égard à la colossale dette publique des pays-membres post-pandémie.

Dimanche, second tour de l’élection présidentielle en Slovénie : scrutin serré entre l’ancien ministre des Affaires étrangères Anže LOGAR, conservateur, et la candidate de centre-gauche Nataša PIRC MUSAR.

C’est tout ?...

Non, je tiens à appeler votre attention sur la Journée mondiale du Livre GUINNESS de Records – je ne sais pas au juste en quoi ça consiste, mais attention aux paris stupides, et, en tout cas, c’est jeudi.