Nantes

by Euradio

En ce moment

Titre

Artiste

Emission en cours

Programme musical

00:00 06:30

Background

8 femmes qui…

Écrit par sur 7 mai 2021

Depuis septembre dernier, euradio propose, les huit de chaque mois, une journée consacrée aux voix féminines, baptisée «Le 8 des femmes». Totalement inclusive et toujours à l’image de l’un de nos mots d’ordre : la diversité. À cette occasion, euradio sélectionne en début de mois et dans sa programmation, huit femmes, groupes, musiciennes, interprètes, vers lesquelles nous tendons une oreille particulière.

disent bonjour à l’aurevoir…

Le début de journée, la fin de soirée, le milieu de la nuit, autant de moments qui se prêtent (ou pas) à se dire bonjour ou au revoir. Voici un petit aperçu des variations possibles dans les chansons mélancoliques de huit (plus une) artistes femme. Elles vous saluent bien et en 7 langues.

1 – DORA (Espagnol)

Aujourd’hui (“Hoy”), Dora dit au revoir à sa relation. C’est le jour où tout devient clair et où “[the] only one thing that I can’t handle [is] that people like you never leave”. Au moins, c’est dit. Le titre “Call Me Back” (utilisé dans la série « Elite ») a révélé au public la voix envoûtante de la jeune Espagnole, voix qu’elle pose tour à tour sur de l’indie pop ou une guitare folk qui nous rappellerait presque un Jack Johnson.

2 – Danai Nielsen (Grec)

Gréco-danoise basée à Athène, Danai Nielsen est une étoile montante de la dream pop grecque. Elle se démarque ici des boucles de synthé brumeuses, de voix sensuellement silencieuses et de rythmes discrets, en livrant une adaptation reggae inattendue d’une chanson traditionnelle : un adieu à la jeunesse et une entrée dans les affres amoureux de l’âge adulte.

3 – Adeline (Anglais)

La chanteuse, bassiste et productrice franco-caribéenne Adeline a passé la majeure partie de 2020 à apaiser nos nerfs épuisés avec un flux constant de chansons émouvantes et réconfortantes, dont 2 EP, un duo brûlant avec Kamauu (« Mango »), et de nombreuses autres collaborations. Son mélange unique de funk, de R & B et de soul, se tient en équilibre sur une frêle crête, ce minuit qui sépare aujourd’hui de demain.

4 – Mackenzie Leighton (Anglais)

Au revoir aux hommes sur lesquels on se brise, bonjour aux “ladies night and everyone dressed so delicately”. Mackenzie Leighton est chanteuse, guitariste et compositrice d’origine américaine et basée à Paris. Elle est à la tête d’une discographie de deux EP où son indie-folk douce-amère, sa voix, ses chœurs et sa guitare aquatique font merveille.

5 – Aurore de St Baudel (Français)

Et s’il n’y avait plus de temps, ni bonjour ni au revoir, une longue nuit imprégnée de techno berlinoise où « tout est confondu » et où tout est facile ? C’est from “Saint Baudel” et sur son Yamaha qu’Aurore de St Baudel se réapproprie le son de la capitale allemande en y apposant une voix quasiment slamée pour nous raconter les histoires qui constituent « Tokyo l’été », un premier EP prometteur.

 6 – Angelica (Italien)

Le dernier verre, début ou fin ? Grave question de l’entre-deux à laquelle se garde bien de répondre Angelica, ancienne chanteuse des Santa Margaret, passionnée des Beatles (« I say goodbye, you say hello »), qui s’est embarquée sur le solide esquif d’un deuxième album solo, « Storie di un apputamento » sur Carosello Records.

7 – Conny Frischauf (Allemand)

Adieu les malfaisants, la vie est décidément trop courte. L’artiste synthpop viennoise Conny Frischauf signe son premier album, « Die Drift » chez Bureau B. Sur fonds de gros synthés et boîtes à rythme, elle jette de manière ludique une lumière expérimentale sur la chanson pop.

8 – Maustetytöt (Finnois)

D’un adieu qui ne semble n’avoir pas de fin, Maustetytöt a fait un tube triste et entraînant. Le duo féminin finlandais a connu le succès en moins d’une année, marquée par deux albums. Anna Karjalainen (voix, guitare) et Kaisa Karjalainen (claviers, programming, basse, voix) nous proposent une pop rock vitaminée aux riffs de claviers obsédants.

!! Bonus !! Krista Muir (Français)

« Soleil bleu ciel » est le le son et l’image d’une journée particulière : une session studio de quatre heures organisée avec des musiciens qui ne se connaissaient pas. C’est aussi le nom d’un album qui vient accroître la déjà longue discographie de la Québécoise Krista Muir aka Lederhosen Lucil. Sous les yeux de spectateurs et auditeurs qu’elle surprend toujours, elle navigue dans un monde surréaliste d’horloges coucou, d’abat-jours antiques et de chansons cosmopolites.

Rendez-vous le mois prochain pour d’autres portraits, et d’ici là, écoutez 24 heures non stop de voix féminines européennes et internationales ce jeudi 8 avril sur euradio !

Vous pouvez aussi découvrir 8 femmes qui se débrouillent très bien toutes seules, 8 femmes qui font de la musique à 27, 8 femmes dans l’espace, 8 femmes qui jettent de l’huile sur le feu et 20 femmes qui programment euradio dans nos articles des mois précédents.

Le 8 des femmes est une journée de programmation musicale entièrement consacrée aux voix féminines, qui s’écoute sur les antennes d’euradio en FM et en DAB+ à Nantes, en DAB+ à Paris, Marseille, Lyon, Lille, Strasbourg, Toulouse, Bordeaux, Nice, Rouen, Le Havre, Saint-Nazaire, La Roche-sur-Yon, et partout en Europe et dans le monde sur www.euradio.fr

Pour en savoir plus sur “Le 8 des femmes” et sur la programmation musicale d’euradio, c’est par ici.


Les opinions du lecteur

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Continuer la lecture